Test, FR

Bien choisir sa première radio de drone : la Jumper T8SG


C’est peut-être l’achat le plus stratégique lorsqu’on se lance dans le multirotor, le FPV Racing, l’avion RC ou l’hélicoptère 3D et pourtant c’est souvent celui qu’on néglige le plus. L’erreur commune : prendre un modèle à bas prix, pourvu qu’il fasse voler la machine qu’on s’est offerte. Quand on voit le tarif des modèles de radios évolués qui filrte avec les 300 euros, on se dit que pour un premier achat il est préférable d’économiser sur la radi, c’est effectivement logique. Sauf que les radios de moins de 50 euros ne proposent pas toujours le nécessaire vital et elles ne sont compatibles qu’avec un seul de type de récepteur. Ce qui peut être handicapant à la longue.

Mais le marché a évolué et aujourd’hui pour moins de 100 Euros, on peut avoir une radio non seulement correcte mais aussi compatible avec les protocoles des quatre marques leaders notamment mais aussi avec la grande majorité des récepteurs existant. Faisons le tour des besoins et de ce qu’il n’est pas possible d’omettre sur une radio premier prix. Et voyons si un des modèles les moins chèrs réussit à s’imposer comme un achat à la fois abordable et pérenne. Nous verrons donc en détails et en vidéo si la Jumper multi protocoles, désormais testée par plusieurs personnes en France, est un must ou de la poudre aux yeux.

Comment ça marche une radio ?

Vous trouverez cette gamme chez Studiosport.

Pour faire simple, u e radio ça marche avec un récepteur connecté soit à des servo moteurs, soit à une carte de vol qui gère des contrôleurs de moteurs. Il faut appairer le récepteur avec la radio, les deux doivent donc parler la même langue. Or, cette langue diffère selon les marques. C’est pourquoi on ne peut pas prendre n’importe quel récepteur avec n’importe quelle radio. Il existe cependant des adaptateurs qui permettent de traduire, ce sont des modules qu’on vient ajouter sur la radio.

Dans tous les cas, le langage utilisé par les radios pour communiquer avec les récepteurs est le PWM. Ce sont des des variations d’état de signal électrique ( état haut, état bas ) qui se succèdent durant un labs de temps donné ( 1/100 eme de seconde par exemple ). Cela permet d’obtenir un rapport et donc de donner des ordres proportionnels ( 60 % de gaz, 30 % à gauche etc… ). Si vous désirez en savoir plus, lisez ceci.

C’est quoi une bonne radio premier prix ?

Entrée de gamme ne veut pas dire bas de gamme. Tant que le matériel satisfait aux critères indispensables pour piloter votre drone, avion ou hélico ( ce sont à peu près les mêmes ) et que le prix est contenu, on peut commencer à parler d’une bonne radio. Mais il faut également sélectionner quelques autres facteurs. Je vous les donne, ça vous aidera.

Une bonne radio doit obligatoirement :

  1. Ne pas fonctionner sur piles mais sur batteries. En revanche, s’il est possible d’ajouter un boitier qui fonctionne avec 4 piles, ça peut aider en cas de batterie vide.
  2. Avoir au minimum trois inters ( ou switchs ). Dont deux inters 2 positions pour l’armement et une fonction supplémentaire de votre choix, un inter 3 positions pour les modes de vol.
  3. Proposer 6 voies, pas moins. Sans quoi vous devrez faire l’impasse sur une des fonctions indispensables. Attention, pour les voitures RC quatre voies ou moins suffisent.
  4. La possibilité d’agir sur les voies ( Trims, subtrims, expo et inversions des voies )
  5. Un logiciel qu’on peut mettre à jour comme Open TX ou Deviation

Si possible, il faut qu’elle propose :

  • Une baie à module ( un emplacement pour ajouter une compatibilité avec une autre marque de récepteur )
  • Des potentiomètres pour gérer une nacelle avec caméra

Ça sert à quoi les voies ?

Idem sur un drone et un hélico, source : l’avionnaire

Hormis pour les voitures qui ne demandent que deux voies ( avant/ arrière / gauche / droite ), il faut déjà quatre voies pour piloter un aéromodèle :

  1. Les gaz
  2. Le roulis ( roll )
  3. Le tangage ( pitch )
  4. Le lacet ( yaw )

A ces quatre voies il faut ajouter :

  1. Une voie pour armer / désarmer les moteurs
  2. une voie pour les modes de vol ( stabilisé, semi stabilisé , manuel )

Ce qui fait bien 6 voies en tout. Dans certains cas comme pour les avions et les hélicos, on peut se contenter de 5 voies car il n’y a pas de mode stabilisé. Mais une voie pour armer et désarmer est obligatoire pour des raisons de sécurité. Je parle ici uniquement des modèles électriques.

Si vous voulez contrôler une nacelle, il faudra une radio avec deux potentiomètres et davantage de voies. Parfois il faudra deux personnes : une pour piloter, une pour contrôler la nacelle.

Pourquoi une baie à modules ?

Une baie à modules

Bien que les marques proposent beaucoup de tailles, de fonctionnalités et formes différentes dans leurs gammes de récepteurs, il se peut que celui qui va le mieux ne soit disponible que chez un concurrent. Et donc incompatible avec la radio qu’on possède. Pire, certaines machines du commerce ne permettent pas de choisir car elles sont vendues avec un récepteur intégré. Ou avec une radio si mauvaise que le pilotage devient horrible. Certaines radios proposent une baie dans laquelle on peut insérer un module qui permet de rendre votre modèle compatible avec une autre marque. Ou mieux, il existe des modules qui communiquent avec plusieurs marques de récepteurs. C’est un de ces modules qu’on trouve dans la Jumper à la différence qu’il est déjà intégré. Cette radio permet donc nativement de contrôler énormément de machines et de récepteurs.

La Jumper, une radio parfaite pour débuter ?

S’il me fallait répondre en un mot à cette question, la réponse serait oui. Mais il faut savoir qu’il peut être délicat d’appairer certaines machines avec la Jumper. En revanche, pour ce qui est des quatre protocoles majeurs du marché que sont :

  1. Frsly
  2. Flysky
  3. Spektrum
  4. Futaba

les appairages sont plutôt aisés. Le gros atout de la Jumper, c’est bien celui ci : elle permet de faire l’économie d’un module. Mais elle a d’autres avantages pour un pilote débutant comme :

  • la puissance réglable qui permet d’augmenter la portée de certains modèles comme les Hubsan, Bayang
  • Elle est utilisable avec les simulateurs de vol ( en théorie )
  • Elle ne coûte que 80 Euros
  • Son logiciel est upgradable
  • Elle a assez de voies pour un multirotor, un avion, un hélico.
  • Elle accepte les batteries 7.4 volts

Il faut quand même savoir que tout n’est pas rose au pays de la Jumper. Parfois vous aurez des difficultés pour appairer certains modèles. Heureusement, il existe sur le net des profils prédéfinis que vous pourrez appliquer. Cette radio étant sous le firmware Deviation, vous trouverez de l’aide et plein d’infos. C’est le dernier gros avantage de cette radio. Goebish a crée une liste qui devrait vous aider pour découvrir le protocole de vos machines : ICI. Ou ici :

cliquez pour le tableau

Enfin, vous découvrirez le test vidéo de Tazkillzer85, le testeur fou. Nous lui avons réservé une partie sur notre application mobile ( liens sur la page de garde ).

En conclusion, je dirai que la Jumper est un très bon premier achat. Il vous évitera de succomber aux radios bas de gamme que vous finirez par changer. Au fur et à mesure de votre progression vous aurez en effet accès à plus de matériel et forcément des problèmes de compatibilité se poseront. A moins que vous n’ayez une Jumper !

Le test de la Jumper en français par Tazkiller85


5 comments on “Bien choisir sa première radio de drone : la Jumper T8SG

  1. Siras

    je confirme, la jumper fonctionne sur tout les simulateurs en utilisant le port USB interne (pour être tranquille il faut faire un trou dans la coque à l’arrière pour faire passer un câble USB ).
    Petit bémol pour l’instant je n’ai pas encore réussi à faire fonctionner les switch sur simulateurs.

  2. FPV_67

    «  »Jumper est un très bon premier achat. » »
    Si tu es débutant et tu ne sais même pas exactement à quoi va te servir ta télécommande, je m’inscrit en faux par rapport à cette affirmation.
    Si tu aimes bidouiller si tu as plusieurs machines sous plusieurs standards différents, si la programmation et la lecture de sites et de sites de discussions à la recherche DU renseignement ne t’effraye pas alors oui peut-être que tu y trouveras du plaisir …
    Mais attention on n’a pas toujours de la qualité à tous les prix 🙁

      • De mon point de vue, c’est plutôt une radio destinée aux amateurs de bidouilles qui maitrisent le sujet, et qui souhaitent piloter des petits bidules RTF. Le débutant risque vite d’être perdu lui.

        Pour le reste, la radio trouvera très vite ses limites avec un avion ou un hélico (pas de slider, et des inter pas franchement accessibles, il faut lâcher les manches pour y accéder, etc…).

Laisser un commentaire