News

Bien débuter en fpv racing, tout ce qu’il faut savoir. 


Depuis peu le FPV Racing est très médiatisé et beaucoup s’intéressent à la question des nouveaux venus dans notre discipline. Tout comme nous cherchons à la faire découvrir au plus grand nombre, déjà séduit par la perspective de voler à 100 km / h en rase-mottes. Voila une excellente initiative : élargir nos horizons ! Et bien plus importante que nous l’imaginons. Car accueillir les futurs anciens, c’est tout d’abord faire preuve d’ouverture d’esprit. Personnellement, j’ai connu à mes tout débuts la fameuse réplique. Lorsque je posais une question que les anciens trouvaient idiote, on me répondait  » RTFM ! « . La décence ne m’empêchera pas de traduire cette expression. En gros, ça donne ceci en français gentil :  » Lis le mode d’emploi, bon sang ! « .

Mais en réalité, la grande majorité des passionnés fait preuve d’une belle gentillesse à l’égard des débutants et si vous êtes attiré par le FPV Racing ou la prise de vue aérienne, sachez que l’esprit qui règne chez nous est celui de l’entraide. Et du contact facile.

Après avoir fait quelques recherches, j’ai moi même rapidement rencontré les bonnes personnes. Et l’époque des premiers tutoriels est arrivée. Enfin, je suis allé sur les terrains où les autres pilotes m’ont appris les rudiments. Ce qui m’a permis de progresser

beaucoup plus vite

Sans titreJ’ai découvert les premières courses, le freestyle sous ses formes originelles et surtout j’ai été ébahi devant la vitesse de ces racers qui pourtant étaient deux fois moins rapides que ceux d’aujourd’hui. La vitesse moyenne des meilleurs pilotes actuels est de 120 km / h.

C’est pourquoi je réponds aujourd’hui à toutes les questions qui me sont posées. Elles sont nombreuses mais j’y mets un point d’honneur. Cependant, revenons à ceux qui sont assez généreux pour proposer d’ores et déjà des vidéos initiatives sous la forme de chaines YT.

Je pense à plusieurs intervenants. Et comme je ne saurais en aucun cas ni être le juge du travail des uns, ni favoriser la production des autres, je vais relayer dans la rubrique tutos les meilleures initiatives. Quand je dis meilleures je parle de celles qui sont les plus pertinentes mais surtout celles qui décrivent le plus simplement :

  1. Les multirotors. C’est la base, pas de fpv sans machine. Il faut faire comprendre comment ça vole.
  2. Comment s’initier sans brûler les étapes ( je constate que les débutants veulent accéder aux racers sans commencer par les machines d’entraînement qui procurent déjà pas mal de plaisir )
  3. Le système fpv. Décrire les composants nécessaires, c’est le minimum. Le budget, où les acheter…
  4. L’indispensable glossaire. Tout le monde de ne parle pas le multirotors.
  5. Quels sont les sites utiles, les forums, les groupes.

je débute, qui peut m’aider ?

Soyons honnêtes, aucun site n’est réellement spécialisé ni dédié aux débutants. Sur FPV Passion, nous avons mis en place une rubrique que vous allez découvrir plus bas mais il faudrait un site réellement prévu pour les nouveaux pilotes. En attendant qu’un tel site comble le vide et que nous complétions la rubrique déjà bien fournie, je peux vous conseiller deux ou trois choses :

  • Commencez par le commencement : le Hubsan X4 ou le nanoracer ( made in France ) me paraissent parfaits pour un premier vol ( voir plus bas ).
  • Consultez notre site. Je publierai les vidéos, tutos, articles les plus utiles pour vous. Il y a déjà tout le nécessaire pour comprendre comment ça marche. Dans la rubrique «  tout vous saurez tout sur « .
  • Regardez les vidéos. Pas plus tard que dans quelques lignes, vous visionnerez celle de la Team Borgnes. Elle a le mérite d’être simple et efficace.

La recherche du plaisir, le partage de la passion

20151101_125413

Hubsan X4

Je souhaite préciser avant vous regardiez cette vidéo qu’il suffit de 40 Euros pour débuter le vol et effectuer son premier décollage. Si la somme vous paraît modeste, sachez que c’est ainsi que j’ai appris. Comprenez bien que le Hubsan X4 dont je vous parle n’intègre pas le système qui permet de voler en immersion mais lorsque vous ferez décoller pour la première fois cette petite machine, vous éprouverez déjà un plaisir incomparable.

Le temps venu, vous vous dirigerez vers la même machine pourvue de tout le nécessaire pour débuter le vol en immersion.  Le Hubsan H107 D. Voici le test de cette version qui contient TOUT LE NÉCESSAIRE. Son prix : autour des 170 Euros. Parfois moins sur les sites de discount.

L’autre machine qui vous permettra de débuter correctementc’est le nano racer français. Pour un budget équivalent vous obtiendrez un multi de bien meilleure qualité. Et qui représente parfaitement le savoir faire de la communauté :

20160604_135128 20160604_135104

Les simulateurs

Ces logiciels sont parfaits pour éviter la casse tout en restituant des sensations proches de la réalité. Free-rider, liftoff,  hotprops…  Ils sont de plus parfaitement abordables financièrement. Une radio est cependant indispensable bien qu’une manette de jeu puisse la remplacer dans certains cas.

'tuk

cliquez sur l’image pour découvrir ce simulateur

Ne négligez pas cette première étape qui est à la fois la moins onéreuse mais qui est aussi celle qui vous dirigera vers

Une communauté de passionnés

community-managerQue vous respectiez les étapes en passant par une petite machine RTF ( ready to fly ) ou que vous  vous lanciez dans l’aventure directement en acquérant un racer ARF ( ajoutez un RX puis volez ) comme le Vortex pro ou le TBS vendetta, sachez que vous serez accueillis avec plaisir dans les clubs aéromodélisme, dans les compétitions et bien sûr sur fpv passion.

Des fédérations françaises, européennes et internationales chapeautent les compétitions, assurent les pratiquants dans le cadre des activités radio commandées. La, FFAM, la FAI, l’ERSA…

Depuis 2013, nous répondons à toutes les questions sur notre page Facebook. Il existe aussi des groupes de discussion incontournables pour

Le glossaire

20160803_140734

Carte de vol

Voici les termes qui vous aideront à comprendre les aspects techniques.

  • ESC : ils contrôlent les moteurs, ce sont des composants électroniques
  • FC ou carte de vol : c’est le cerveau du racer, il contient un processeur
  • RX : C’est le récepteur , il relie la radio à la machine en 2.4 Ghz. Sans fil.
  • Le VTX . C’est un émetteur vidéo qui envoie les images de la caméra à vos lunettes ou à un écran. En 5.8 Ghz, une bande de fréquences libre d’utilisation en France.
  • 1806, 2204…. C’est la taille des moteurs. Plus le chiffre est grand, plus ils sont puissants. Sauf exception.
  • La batterie lipo. Très puissante, elle peut envoyer plus de 100 Ampères.

comment ça fonctionne un drone ?

telechargement( Lisez le glossaire en premier lieu ) Pour faire simple, les manches de votre radio envoient les ordres à la machine via le RX. Ce dernier les transmet à la carte de vol qui fait varier les vitesses de rotation des moteurs et des hélices. En combinant différentes vitesses, on peut diriger la machine sur l20160720_075716_001es trois axes.

  1. Le lacet
  2. Le roulis
  3. L’angle

L’accélérateur, ce sont les gaz. Il existe également plusieurs modes de vol :

  • Stabilisé ( la machine se remet seule à plat )
  • Semi stabilisé ( vous pourrez faire des figures puis revenir à plat automatiquement )
  • Mode manuel, vous contrôlez tout. C’est le pied total.

Enfin, un logiciel permet de régler le multirotor à votre convenance. Nerveux, docile, enragé… Le logiciel le plus utilisé est Cleanflight.

Il existe plusieurs types de machines, la plus courante est le 4 moteurs. Mais on peut en trouver avec 6 ou 8 moteurs.

13872810_10209887694779355_8913640098214513712_n 20160423_182222

received_10208437742195386

Quelques règles à respecter

Sachez cependant qu’on ne peut pas voler où bon nous semble. Mais tant que vous restez

  • Hors de villes et villages
  • A plus de 50 mètres d’une route
  • Très loin des aéroports, zones militaires et zones spécifiques
  • A moins de 50 mètres d’altitude
  • Avec un copilote qui vous surveillera lorsque vous volez en immersion

vous serez assez libres de pratiquer. Il est normal que des lois s’appliquent afin d’éviter les accidents. De même

  • Attention aux hélices qui tournent à des milliers de tours par minute !

Avec ces conseils, ces bonnes adresses et un peu de temps et d’argent, vous êtes prêts à vous lancer. Mais je vous préviens : attendez-vous à rapidement devenir accro en évoluant dans

Un ciel de plaisir !

Sachez qu’il suffit de quelques heures pour maîtriser un racer ou un drone. Et qu’après un peu de pratique, les loopings et les vrilles seront à votre portée.

Voici une série en vidéo qui vous permettra de découvrir rapidement et en images tout ce s’il est nécessaire de savoir . Chaque mois, un nouvel épisode traitera d’un sujet en particulier .

Episode 1

Episode 2


15 comments on “Bien débuter en fpv racing, tout ce qu’il faut savoir. 

  1. lololerigolo

    Il ne faut pas généraliser, de plus, la discipline est encore jeune. Dans les clubs, il n’y a pas encore suffisamment de gens expérimentés dans ce domaine. La plupart ne connaissent qu’un type d’engin : l’avion , ou l’hélico. Certains sont plus curieux que d’autres et touchent à plusieurs disciplines. Il faut laisser le temps aux pratiquants d’aéromodélisme de se familiariser avec ce type d’engin et ainsi de dédramatiser l’usage du drone auprès des autres membres. Je pense que si on rentre dans un club dans lequel il n’y a aucun pratiquant de drone, on a de grandes chances d’essuyer un refus direct. De plus ce sera difficile pour soi même de trouver de l’émulation avec d’autres pratiquants !! Je pense que c’est à nous de faire l’effort de rentrer dans un club en essayant de pratiquer un autre type d’engin : hélico ou avion et par la suite une fois que les contacts se font et que la confiance s’installe d’amener un drone pour montrer d’une part qu’on pratique de façon sérieuse et responsable : c’est à dire en respectant des règles de sécurité comme tout autre engin. Personnellement, c’est ce que j’ai fait dans mon club ou il y avait que un ou deux pratiquant de drone (plus pour la prise de vue) et puis j’ai amené un racer pour le faire voler à vu dans le gymnase et depuis 4 autres personnes ont investit sur ce genre de drone pour du vol à vu seulement. On est loin encore de la pratique fpv. Mais là j’ai pour objectif de faire de petits parcours en nano dans un gymnase avec quelques minigates. Qui sait peut être qu’il y aura des vocations ^^

  2. Arnoz

    Lire le manuel est le meilleur conseille que l’on puisse donner…
    Et sinon, on est pas vraiment accueillis les bras ouvert dans les clubs d’aeromodelisme, ca serait bien qu’il y ai du neuf rapport à ça… (plusieurs clubs mon envoyé chier plus ou moins gentillement avec mon « joujou »…)

Laisser un commentaire