Actu Matos, FR

Une mini carte de vol française ou ce qu’on trouve vraiment dans les FC. 


Y a t’il des différences entre deux cartes de vol aux caractéristiques identiques mais de provenances différentes ? Autrement dit, avons nous un intérêt à acheter un produit plutôt qu’un autre si les deux proposent les mêmes performances ? Je vais vous donner une réponse franche et vous comprendrez pourquoi certaines FC ne font pas long feu. Et pourquoi il faut sélectionner de bons composants, certifiés par les fabricants et adaptés à l’usage auquel on les destine. Quelles sont les conséquences lorsqu’on utilise un gyro destiné aux ascenseurs dans une carte de vol prévue pour le FPV Racing ? Un BEC à 30 centimes vaut il un BEC à 10 centimes ?

Des cartes de vol, j’en ai eu un paquet ! Et certaines m’ont marqué alors que la plupart m’ont déçu, souvent pour les mêmes raisons. Les Kombini avaient tout pour devenir un classique mais sur les cinq que j’ai possédé, une seule a survécu. La Brain FPV et sa PDB dédiée par exemple fut mon premier choc émotionnel. Quelle beauté !! Quelle qualité de fabrication ! Hélas, les concepteurs ont cédé aux pressions des consommateurs et y ont intégré Betaflight alors qu’ils m’avaient bien dit qu’ils resteraient fidèles à Dronin, plus difficile à appréhender mais plus polyvalent. Mais c’est une autre histoire.

Mon second choc, ce fut la YupiF4. C’est Christophe mon fidèle rédacteur qui l’a découverte ( il écrit pas trop en ce moment car il est saisonnier, il vend des frites froides à Hawaï ). Cette carte française était comme la Brain FPV : ses composants respiraient la qualité. Pas comme les FC asiatiques à 20 Euros… Elles ont aussi leurs avantages, certes.

Une qualité de composants parfois douteuse

Il ne faut pas rêver. Pour tirer les prix vers le bas, il faut aussi tirer la qualité des composants vers la même direction. Et le pire c’est que si on ajoute la TVA qui est le facteur principal pour lequel les FC d’Asie sont si peu chères, on arrive à un prix pas si éloigné de celui de la Yupi. Mais on a sacrifié la qualité globale en utilisant par exemple des BEC qui ne supporteront pas le 4S bien longtemps. Tout ça pour vendre plus… Nan mais dans quel monde vit-on ma pauv ‘ dame ?

Plus bas, vous allez découvrir un document dans lequel on découvre de pauvres travailleurs qui ramassent des rébus de composants pour les revendre. À nouveau introduits sur le marché du neuf, le nombre élevé de ces détritus fait que les probabilités d’en retrouver dans du matériel récent n’est pas négligeable. Mais il n’y a pas que ça. Choisir de bons produits pour fabriquer une carte a des vrais avantages :

Des composants certifiés égal : des PID plus serrés

Le marché des régulateurs est comme tous les autres. On y trouve différents modèles, différentes qualités et différentes technologies. Linéaire ou à découpage, les rendements varient également. C’est surtout la qualité qui importe car elle détermine :

  1. La durée de vie du BEC
  2. La qualité du filtrage 
  3. Le prix final de la carte 

C’est ainsi que les BEC des Kombinis sont devenus le point faible de cette FC pourtant novatrice lors de sa sortie. Un comble pour une carte avec PDB intégrée ! Il semble que Furious FPV ait retenu la leçon car la nouvelle Fortini propose un BEC doublement filtré et protégé. Mais toujours pas interchangeable… ( est ce seulement possible ? ).

En dehors même du choix d’un régulateur 5v 1A, qu’il soit linéaire ou à découpage ( le second est à éviter sur une FC car il génère du bruit ), utiliser des composants de qualité joue sur les performances de la carte de vol. Un bon BEC filtrera mieux le courant et cela n’aura que des avantages sur les PID, la réception vidéo etc… C’est aussi pour leurs BECs à découpage que les ESC sont devenus OPTO. Cela gênerait du bruit.

Un régulateur de qualité égal : de bonnes performances du processeur et du gyro

Un processeur alimenté par un courant fin et propre, un gyro qui n’est pas soumis à des pics de tension et des matériaux fiables permettent d’augmenter les performances globales. Cela se ressent même au niveau du réglages des PID. Voila pourquoi l’équipe de la Yupi a tenu à utiliser des composants certifiés. En effet, entre les contrefaçons, les recyclages de composants ou les produits de très basse qualité, on a vite faite de se retrouver avec une carte défaillante. Voici d’ailleurs un document atterrant :

A lire pour comprendre certaines choses :

Télécharger le doc en entier : counterfeit-parts

Attention ! Je ne dis pas que tous les composants de la planète sont des faux ou des rebus recyclés ! Mais je vous explique pourquoi les entreprises comme Farnell certifient la qualité et la provenance de leurs produits. Par exemple une capa très commune que l’on trouve sur nos cartes peut provenir d’une vieille carte dépouillée :

Ce genre de capa

est récupéré, trié et remis en circulation

et peuvent se retrouver ici

Si vous avez possédé une carte BF3 Betaflight, il est possible que vous ayez eu du mal à souder sur les PAD. Ce fut mon cas. Le fini doré n’est pas vraiment du plaqué or comme sur les cartes top qualité.

Fabriquée en France

C’est www.cilec.fr qui assure la production des YupiF4. Tout est fait en France et les prix sont tout à fait comparables à ceux du marché. Les résultats des ventes de la F4 sont d’ailleurs très bons ! C’est pourquoi je vous annonce fièrement

L’arrivée de la mini Yupif4

Son gyro dédié aux multirotor est alimenté séparément du reste de la carte et son courant bien filtré permettent d’obtenir le meilleur. Le processeur est lui aussi à l’abri des pics de tension. Il en résulte des PID spécifiques à la Yupi, bien plus bas que les PID stock de Betaflight. Mais ne vous inquiétez pas, le firmware tient compte de tout ceci et les PID sont robustes. Dans la plupart des cas, vous n’aurez pas à les retoucher. Dans le cas contraire, on vous aidera ( L’équipe Yupi ou moi ). Et nous travaillons à plusieurs sur le modèle 30 x 30 afin d’en tirer le meilleur.

Capable de faire voler un hexa, tout comme la Piko et ses 6 sorties moteurs, le circuit multicouches de la Mini supporte le 5S. En comparant une Piko et le modèle français, je peux vous dire que l’épaisseur n’est pas la même. Il m’est arrivé de tordre une FC chinoise en serrant trop. Cela n’arrivera pas ici, j’ai vérifié.

Un OSD inclus

Une bonne idée !! Tout comme sa grande sœur, la Mini propose un OSD. Cela permet de mieux traiter ses lipos. Et donc de les faire vivre plus longtemps. Je vous rappelle que je vole avec le prototype de la mini depuis deux mois. J’en suis à 85 lipos à peu près. Tout va bien, aucun souci à signaler. La mini ne fait pas PDB mais elle accepte la tension lipo jusqu’à 5S. Un ESC 4 en 1 est donc tout indiqué. Vous pourrez alimenter un combo caméra VTX 5 v sans problème.

Voici d’ailleurs le proto avec lequel je vole, il n’a pas l’OSD contrairement à la version finale :

J’ai bien évidemment la version de série désormais. Et je vais la tester aussi. Vous trouverez déjà la grande sœur chez Studiosport, All Drone Racers, HRC Lipo, Fpv4drone et Drone FPV Racer. Et même hors de France.

N’hésitez pas à l’acheter car c’est avantageux par bien des aspects. Et je ne parle pas du côté patriotique… Mais plutôt de l’avantage d’avoir des boutiques qui géreront les aspects commerciaux, le support et une livraison rapide. Et surtout, c’est une bonne carte de vol !!!

A quand les ESC français ?

Montage de la Yupi sur un Pulsar


4 comments on “Une mini carte de vol française ou ce qu’on trouve vraiment dans les FC. 

  1. Seb

    Belle carte, belle initiative. Mais une carte sans smartport c’est comme le H de Hawaii. Tu peux pas la régler correctement ou alors à l’ancienne…. Gg
    Me demande aussi si oublier un truc aussi évident n’en cache pas d’autre. En attente des retours qui sont pour le coup mitigés.

Laisser un commentaire