Test, FR

Le TS100, un fer à souder parfait ? Vidéo test avec la pince coupante idéale en guest star !


Halala ! J’en ai essayé des fers à souder. Et des pinces coupantes, j’en ai usé un paquet. Mais finalement, j’ai trouvé la forme la plus aboutie de ces deux outils indispensables au bricoleur amateur de soudures à l’étain. Aujourd’hui, c’est plein feu sur le fer à souder TS100 et ses fonctions pratiques et personnalisables. Nous verrons aussi une pince coupante qui complète parfaitement ce fer bien pensé. Et si comme moi vous avez cherché les outils qui dureront longtemps et résisteront à un usage intensif, vous avez peut-être fini votre incessante quête. 

Une vidéo sera plus parlante mais il convient d’écrire quelques mots pour décrire les atouts du TS100

Portable

On a souvent besoin d’un fer à souder sur le terrain. Le fer XT60 est très répandu désormais. Mais c’est un fer de dépannage qui souffre d’une qualité que seul son bas prix pardonne. Le mien a failli me tuer quand les soudures de la XT 60 ont lâché et que la lipo a gonflé. Un comble ! Mais le fer XT60 est tout de même bien pratique. Et le TS100 est lui aussi compatible avec une lipo 12 v grâce à une simple manipulation : trouver le connecteur qui convient, localiser le plus et le moins puis souder le tout à un connecteur femelle XT60 : 

Si je ne dis pas de bêtises, le moins sur ce type de connecteur, à droite au dessus, est à l’extérieur. Et le plus se situe dedans. Il suffit alors de les souder en laissant une bonne longueur de câble et vous obtenez une version portable du TS100. 

Alimentation

Le TS100 est livré seul, sans rien pour l’alimenter. De 12 à 24 v, la tension est au choix et ne change rien en dehors de la rapidité de chauffe. En 24 v, le fer arrivera plus vite à la température souhaitée qu’en 12 v. 

Une alimentation d’ordinateur convient parfaitement tant que l’embout est le bon. 

Température réglable

Que ce soit pour l’augmenter ou la baisser, les boutons permettent de choisir entre 100 et 400 degrés. C’est très rapide et précis. Grâce au port usb vous pourrez définir une plage de température plus étroite, via l’application. 

Auto extinction

Si vous posez le TS100, le processeur et l’accéléromètre comprendront que vous ne soudez plus et la température descendra à 200 degrés dans un premier temps. Au bout de 20 ou 40 mn supplémentaires sans souder, le TS100 s’éteint complètement. Il faudra le rallumer et attendre 20 à 30 secondes que la température remonte à la valeur choisie. C’est très pratique. Et cela ménage la panne. 

Pas besoin du mode d’emploi livré avec le ts100, tout est facile et compréhensible. Voici le diagramme proposé avec le fer : Diagramme 

démo

Le bon complément : la pince coupante qui dénude facilement

Elle coupe bien mais en plus elle dénude d’un simple geste. Sa forme permet d’accéder à des câbles dans des endroits difficiles d’accès, là où une pince à dénudé classique ne passe pas. C’est un outil fort pratique mais qui souffre tout de même d’un défaut : la force nécessaire pour enclencher les ressorts est assez importante et le mécanisme est solidaire de la partie pince coupante. Il arrive qu’en coupant des câbles on ait besoin d’être précis et cette trop grande force peut vous faire rater la portion de fil à couper. C’est un peu gênant mais le reste est tellement bien qu’on pardonne cette faiblesse. En revanche si vous avez besoin de précision, passez votre chemin. 

Ces deux outils employés ensemble me rendent bien des services. Le TS100 ne m’a pas déçu malgré son prix de 50 Euros sans alimentation, car c’est avant tout un bon fer à souder. Vous le trouverez ici. Et la pince coûte 15 euros chez Distronic par exemple. 


7 comments on “Le TS100, un fer à souder parfait ? Vidéo test avec la pince coupante idéale en guest star !

  1. Adrien

    Un fer à souder de terrain ? pour quoi faire ? Je crash jamais moi, je soude que quand je change de composants…
    Nan sérieux xD je pense que le jour où je rentrerai chez moi avec plus d’accus pleins que vides parce qu’une soudure m’a lâché, bah j’en achèterai un ^^
    Sinon FPV67 merci pour les conseils, j’en tiendrai compte. Je me souviens de mes premières soudures sur mon quad… soudures sèches qui lâchent (parfois en vol -_- » ). Maintenant elles tiennent toutes nickel, ‘me manque juste le brillant que j’arrive pas à obtenir, l’étain y est pour beaucoup ? *essaye de se rassurer*

  2. Salut Frédéric, t’as un mois de retard .. https://oscarliang.com/ts100-soldering-iron/
    Par contre sous 12V et 17W de restitué, cela sera un peu juste sur les terrains, et ne suffira pas pour souder correctement des fils … en 6S et 50W c’est plus confortable pour souder proprement …

    Attention les soudures actuelles si elles sont aux normes (RoHS) il faut au minimum 360°C pour les faire fondre .
    Au boulot on travaille sous 400°C …….

    Conseil_I => Veillez toujours à faire des soudures « brillantes » une fois refroidies, celles qui sont  »ternes » s’apparentes plus au collage qu’à la soudure = Attention danger de lâcher …

    Conseil_II => Chauffer d’abord les composants à souder avec le fer, puis appliquer la soudure qui doit fondre au contact des composants, pas uniquement sur le fer.

    Je vois beaucoup trop de gens faire fondre la soudure sur la pointe du fer puis appliquer l’ensemble (fer/soudure fondue) sur les pièces à souder …:(

    • Hello,
      Merci pour tes conseils, venant d’un pro, c’est toujours intéressant à prendre !
      Perso, je procède comme tu le décris, mais en mettant toujours un peu d’étain sur la panne avant de la mettre en contact avec le composant/piste, pour améliorer les échanges de chaleur entre le composant et le fer. Est-ce une bonne idée au final ou pas ?

      • +1
        Oui c’est ce que l’on appelle « étamer la panne » du fer à souder; c’est exactement comme cela qu’il faut faire 🙂
        Autre (petit) conseil, avoir à portée de fer une éponge mouillée, (pas détrempée hein 🙂 humide seulement) sur laquelle on essuie régulièrement sa panne pour la débarrasser du flux brûlé et du trop plein de soudure.
        Tu nettoies la panne, tu l’étames, tu l’appliques sur les parties à souder que tu fait chauffer jusqu’à ce que l’étain/plomb fonde de lui même en contact des pièces, tu retires fil à souder, puis ensuite le fer.
        Attention ne pas vouloir trop bien faire et souffler pour refroidir, une bonne soudure refroidi naturellement, sinon elle ternie.

      • FPV_67

        Te vexe pas, deux tests valent mieux qu’un 🙂
        Je comptais m’en acheter un, car dans la trousse à outils ça peut être utile… Donc si tu l’as adopté c’est que ça doit être bien 🙂

    • Ok, merci pour tes conseils ! C’est effectivement comme ça que je procède aussi, ça me rassure du coup.
      Il m’arrive de souffler parfois, mais pas sur les soudures. Plutôt sur les doigts ^^.

Laisser un commentaire