Test du Hubsan SpyHawk

Le Hubsan SpyHawk est livré prêt à voler avec une radio intégrant un écran LCD de 3,5 pouces permettant d’enregistrer des vidéos et un système d’auto-pilote. Sa conception en mousse le rend résistant aux petits accidents de parcours. De plus il est équipé d’un système de stabilisation qui est parfait pour les débutants. 

Unboxing du Hubsan SpyHawk 

Packaging du SpyHawk
Packaging du SpyHawk

A l’ouverture du carton, on remarque que Hubsan a fait un réel effort sur la protection du matériel. Tout est soigneusement rangé dans des compartiments appropriés et rien ne déborde. Certains fournisseurs devraient prendre exemple sur ce packaging.

Déballage du Spyhawk
Déballage du SpyHawk

La boîte comprend l’avion terminé à 90%, la radiocommande, un chargeur/équilibreur avec une batterie LiPo de 7.4V 450mAh et un ensemble de stickers. A noter que deux versions du SpyHawk sont en vente, le H301C qui dispose simplement de la caméra enregistreuse, mais sans le matériel FPV. Et le H301F qui est la version que nous testons dans cet article avec la transmission vidéo en 5.8 Ghz. 

Les éléments déballés
Les éléments déballés

Premier constat, le SkyHawk est vraiment un petit modèle, avec une envergure de 84 cm et une longueur de 62 cm. Les pièces en EPP du modèle sont correctement formées et tous les servos, la radio et la caméra sont en place. Cela signifie qu’il y aura très peu de montage à faire, estimé à 20 minutes.

La miniaturisation des éléments est impressionnante. Positionné à l’avant du fuselage (top pour un refroidissement des composants), le système vidéo de 5 mégapixels se charge de transférer le flux sur l’écran de la radio. Il dispose également d’un slot pour l’insertion de la carte micro-sd de 4GB qui est fournie. Elle servira à stocker les vidéos enregistrées.

Le système FPV du SpyHawk
Le système FPV du SpyHawk

Le SpyHawk est propulsé par un moteur brushless C1404 de 3000kv utilisant une hélice spéciale de 4.3×1.2 et un ESC de 6A. Quatre servos de 2,2g sont utilisés pour les gouvernes.

Le moteur brushless du SpyHawk
Le moteur brushless du SpyHawk

La radiocommande du Hubsan SpyHawk

La radiocommande intègre un écran LCD de 3.5 pouces protégé par un pare-soleil. Les quatre boutons sur la radio (exit, up, down, enter) sont prévus pour la programmation ainsi que pour activer/désactiver l’auto-stabilisation et l’enregistrement vidéo. Pour l’alimenter il vous faudra huit piles standards de type AA.

La radio du Hubsan SpyHawk
La radio du Hubsan SpyHawk  

 

Le compartiment des 8 piles
Le compartiment des 8 piles à insérer

Les radios envoyées par Hubsan sont par défaut en mode 2, mais elles sont facilement convertibles en mode 1. Cela nécessite un ressort à enlever, deux vis à ajuster sur chaque manche et un changement de programmation. Comme j’étais impatient, j’ai commencé les tests avec la radio en mode 2 et tout s’est bien passé.

Allumage de la radio

A l’allumage, l’écran d’initialisation du système s’affiche sur fond bleu. On est chargé de faire l’appairage avec l’avion, puis tout s’anime ensuite. L’écran affiche l’image provenant de la caméra, qui semble très claire. Les valeurs numériques sont affichées sur l’écran pour les mouvements des manches. En haut à gauche, des chiffres affiche la minuterie, qui commence dès que le moteur est démarré. Dans le coin supérieur droit de l’écran est montré la tension de la radio.

L'écran affichant le flux vidéo et l'OSD
L’écran affichant le flux vidéo et l’OSD

A ce stade, la touche « Entrée » peut être pressée pendant 1 seconde pour entrer dans le mode de programmation ou pour activer l’enregistrement vidéo avec un bref appui.

La touche « Exit » activera/désactivera l’auto-stabilisation.

Menu de programmation de la radio
Menu de programmation de la radio

Premier essai en vol et conclusion du Hubsan SpyHawk

Le SpyHawk en vol
Le SpyHawk en vol

La configuration matérielle du SpyHawk est bien dimensionnée. On pourrait vite le perdre de vue avec un minimum de puissance. En second lieu, sa capacité en vol plané est excellente. Un conseil quand même, ne le faites pas voler lorsque le vent dépasse les 10 km/h.

Les images vidéo enregistrées sont vraiment bonnes. L’autonomie la plus importante que j’ai pu atteindre est de 15 minutes avec un vent léger.

Même si j’étais un peu sceptique quant à la fonction du pilote automatique, il est en fait d’une grande aide pour voler sans stress. 

À mes yeux le SpyHawk représente un excellent choix pour son prix et fournit une bonne introduction dans le monde du FPV. Sa taille compacte et une performance tout à fait étonnante en vol vous offrira beaucoup de plaisir.

J’aime vraiment ce modèle que j’emmènerais avec moi pour mes prochaines vacances au soleil. C’est un super petit avion et le système vidéo est largement suffisant pour voler en FPV sur 400 mètres et prendre de bons clichés.

12 commentaires Ajoutez les votres
  1. Bonjour Alexandre et merci pour le test !

    J’avais lu que la portée n’était vraiment pas fameuse et que la vidéo coupait aux alentours de 100-150m, est ce vrai ?
    J’avais également lu que la stabilisation était par défaut si intense qu’elle empêchait presque de faire un virage à force de corriger, qu’en penses tu ?

    Patou

    1. L’antenne de réception vidéo de la radio est une antenne patch. Il faut donc pointer la radio vers la direction de l’avion. C’est un peu contraignant au départ mais au moins la vidéo n’est pas perdue à 150 mètres. Niveau stabilisation, si on veut monter il faut effectivement baisser le manche par accoup. Mais dans la dernière version du Spyhawk cela a été corrigé et il est même possible de désactiver la stabilisation automatique.

    1. J’en ai un a vendre que j’ai eu en cadeau, juste assemblé et jamais fait volé (je fais de l’hélico et de l’avion de voltige) il est a vendre 200€ A débattre. Mon mail sdessi@wanadoo.fr je suis en France
      Cordialement
      Sandro

    1. Je ne suis pas certain que ce soit possible. Il faut passer par l ecran. pourquoi tu veux pas passer par l ecran ? il marche plus ?

  2. Non, j’ai voulu dire la radio sans écran, càd le SpyHauk Basic qui a une télécommande sans le grand écran et cette télécommande a la forme d’une manette de PlayStation !Donc il n’y a aucun bouton à part les tiges et trimmers de vol !Donc comment inverser le sens sur cette radio basic.Merci.

Répondre à DESSI Sandro Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *