régler ses PIDS et ses rates avec un OSD pour quelques euros

Quelques grammes de plus mais des infos vitales à l’écran, la possibilité de régler ses PIDs ou ses Rates via les manches de la radio : c’est le principe de l’OSD ( On Screen Display ). Une option que tous les pratiquants de FPV devraient installer pour préserver la durée de vie de leurs lipos et éviter de trimbaler un PC. Les nouveaux moteurs comme les Emax 2205 2600 kv rendent cette affirmation encore plus vraie qu’auparavant puisqu’ils consomment énormément et que sans renseignements sur votre tension, vous avez toutes les chances de tuer vos accus. C’est pourquoi il faut être familié de ces composants optionnels destinés à mieux gérer vos machines. Quelqu’un que vous connaissez bien va nous y aider dans la partie destinée aux débutants de l’OSD.
Nous apprendrons ensuite comment régler des valeurs comme les PIDs via les fonctions RX / TX de l’OSD et des cartes de vol. Une fonction pertinemment exploitée par TBS , Immersion RC et même Graupner. Au programme du jour des infos destinées au débutant à l’expert :

  1. C’est quoi un OSD ? A quoi ça sert ?
  2. OSD ou télémétrie ?
  3. Les nouvelles formes d’OSD
  4. Fonctions avancées : régler PIDs et Rates via la radio
  5. Installation basique et avancée de l’OSD

Il vous faudra un OSD et une interface FTDI, un peu de travail et une quinzaine d’euros pour accéder aux réglages des rates et autres. Comme sur le Vortex et le Vendetta. Gérer ses PIDs et surtout ses Rates via la radio, ça claque !

1 – C’est quoi un OSD ?

Les vidéos de Thonain, ça nous manque toujours un peu. Car elle sont souvent utiles. Elles nous permettent ici de voir un OSD en action. Nous apprendrons aussi à installer un OSD entre l’émetteur vidéo et la caméra. Ou à le connecter à sa carte de vol, afin de recevoir les informations les plus importantes à l’écran. En réalité, trois choses nous intéressent vraiment : la tension, la consommation instantanée et le réglage des PIDs via l’OSD.

Comme toujours, commençons par le commencement : voici une vidéo qui va permettre aux débutants de comprendre ce qu’est un OSD, cliquez sur le micro OSD :

Résultats Google Recherche d'images correspondant à httpwww.hobbyrc.co
Voici la dernière forme d’un OSD très connu : le MICRO OSD. cliquez sur l’image pour voir une vidéo

A quoi ça sert :

Une vidéo commentée vaut mieux qu’un long discours. Et ça m’évite de taper ! Les images ci dessus proviennent d’un OSD couplé à un GPS. Sans ce dernier composant, impossible d’avoir les coordonnées GPS, la vitesse, la direction ni l’azimut. Un current sensor peut être nécessaire pour la consomation, certains OSD en ont peut-être qui sont intégrés. Il faut aussi un magnétomètre pour que le GPS puisse s’orienter. Les satellites orbitaux ne peuvent pas embarquer de boussole à ma connaissance. Voici les informations que l’on peut obtenir avec tout ça :

Avec un OSD seul, sans GPS :

  • Tensionhqdefault
  • consommation
  • horizon artificiel
  • Angles tangage et roulis
  • Pourcentage des gaz
  • durée du vol

Ces informations sont déjà nombreuses mais elles sont surtout vitales et pas seulement pour la santé de votre lipo. Si vous pratiquez le long Range ou si vous vous êtes trop éloigné, vous pourrez gérer la crise plus sereinement. Pour parer à toute éventualité, ajoutez une batterie à votre système OSD et vous ne perdrez pas vos modèles. Même si l’accu se détache.

Avec un OSD couplé à un GPS :

  • vitesseCapture
  • Altitude
  • vitesse ascensionnelle
  • azimut
  • Direction vers Point de départ
  • Coordonnées GPS

En couplant un OSD / GPS avec un autopilot, on peut envisager le RTH ( Return To Home ). Une aile volante reviendra et tournera autour du point de départ.Enfin, je crois. Je suis une quiche en aile. C’est pourtant pas l’envie de découvrir qui me manque…

2 – Un OSD ou la télémétrie ?

La télémétrie, c’est une forme basique de renseignement. Elle permet de voir la tension de son accu sur l’écran de sa radio. C’est important car vous savez que laisser une lipo descendre trop bas en tension, c’est la tuer à petit feu. 3.3 V min ( 0.3 v de marge pour éviter le déséquilibrage  car les ESC lisent la tension globale des accus, pas la tension par élément).

How to use FrSky Telemetry on your miniquad with cleanflight softserial (NAZE32,_2016-04-14_14-19-15 How to use FrSky Telemetry on your miniquad with cleanflight softserial (NAZE32,_2016-04-14_14-19-31

Telemetry_01
Un exemple de télémétrie frsky

Plusieurs armes existent pour garder votre tension à l’œil. Mais elles ne sont pas toutes parfaites. La télémétrie via la connexion Vbat des cartes de vol est pratique mais elle ne permet pas de connaître la tension via l’écran ou les lunettes. Puisque l’info apparaît sur l’écran de votre radio. Or, nous pilotons via des lunettes ou un écran. Et nous ne voyons pas notre radio ! Restent les alarmes sonores que proposent certaines radios comme la Taranis. Voyons quelles solutions nous avons pour surveiller la tension de nos lipos :

  1. La télémétrie via la carte de vol et la radio, associée à une alarme.  C’est une bonne solution mais elle ne donne pas la consommation. Le tuto d’Alex ici.
  2. Un buzzer sonore sur la prise d’équilibrage lipo. Basé sur un lecteur de tension, ce système est peu précis. Toujours pas de conso affichée.
  3. Une PDB avec Leds et Buzzers. Idem. Les LEDs, on ne les voit pas et la machine est parfois trop loin pour entendre le bEEEEp.
  4. Utiliser un buzzer avec la carte et une alarme qui se déclenche sous un seuil donné.
  5. Utiliser un OSD. Encore mieux : le combiner avec la télémétrie

Je n’ai pas à vous dire qu’elle est la meilleure solution parmi celles ci dessus mais l’OSD est la plus logique car :

  • On voit la tension dans les lunettes ou à l’écran ( enfin, si on vole pas trop vite )
  • La consommation instantanée est affichée
  • Les mAh consommés aussi ( pratique pour une course d’endurance )
  • La tension est précise si vous avez calibré correctement ( même chose avec la télémétrie, il faut calibrer si c’est imprécis )
  • L’horizon artificiel peut aider ( branchement avec carte de vol obligatoire )

3 – Les formes d’OSD

minimOSD-4Comme tous les composants, l’OSD se miniaturise. Au début, il ressemblait à ceci ( à gauche ). C’était le minim OSD. Dorénavant, il aosdd adopté une forme plus compacte que les utilisateurs combinent avec des broches coudées à 90 Degrés. Ici à droite.

La miniaturisation a continué bien après cette dernière forme puisque il existe maintenant des cartes de vol avec OSD incorporé. On nous demande d’ailleurs souvent comment mettre à jour un OSD incorporé à une carte de vol. Comme dans le cas du Kylin 250 et bientôt de la Z Core. Nous allons voir ça dans quelques lignes.

Les cartes de vol avec OSD incorporé

La fusion d’Immersion RC qui équipe le Vortex Pro est un bon exemple de carte avec OSD. Il se met à jour via le port USB et le logiciel de la marque. Hélas, c’est loin d’être aussi simple avec les minim / micro OSD. Encore une fois, une interface FTDI est indispensable. Je vous rappelle que si vous cassez le port USB de votre carte, une interface FTDI peut le remplacer.

Fusion-0
Qu’est ce que je suis bon avec les montages photo… Ça fait peuur !
vortex-pcb-fc-image-171622-moyenne
La fusion et son OSD incorporé. Fuuuuusion !

Mettre à jour un OSD

1 – Avec un OSD intégré :

Sur certaines cartes avec OSD, il faut shunter le firmware de la FC en créant un pont ( relier deux broches indiquées par le fabricant ). Un peu comme lorsqu’on reboot une FC. Cela permet d’accéder au firmware de l’OSD. Sur d’autres, le port usb suffit.

2 – Avec un OSD externe :

C’est maintenant que l’interface FTDI est indispensable pour piloter l’OSD. Cela sert aussi à :

USB to TTL Converter Module for FT232 FTDI MWC Multiwii Arduino with 6P DuPont L_2016-04-14_16-22-12
Ce FT232 est compatible avec les minim et micro OSD !

USB to TTL Converter Module for FT232 FTDI MWC Multiwii Arduino with 6P DuPont L_2016-04-14_16-21-45Ceci dit, l’OSD est livré avec un firmware. Le mettre à jour n’est pas indispensable immédiatement. Et vous avez un tuto plus bas. Mais il se peut que vous ayez à reflasher l’OSD. De toute façon, il va falloir bosser un peu pour pouvoir régler vos PIDs et Rates via votre OSD. Pas trop mais un peu.

fonctions avancées : le réglage des PID et des Rates via l’OSD

Si vous décidez d’aller plus loin, sachez qu’Immersion RC et TBS ou Graupner n’ont rien inventé en permettant aux pilotes d’effectuer leurs réglages via la radio. En ajoutant un OSD externe, vous pourrez faire la même chose. Il suffit de le connecter à votre carte de vol. Il faut cependant avouer que ces marques ont poussé le concept très loin en incluant par exemple un entrainement au pilotage sur le Vortex.

Vous aurez compris que gràce à l’installation que nous verrons plus bas, il sera possible de faire comme sur le vortex et le Vendetta : piloter votre FC via les manches de votre radio. C’est le même principe qu’un câble OTG ou qu’un module bluetooth.

Comment faire ?

Les prérequis :

1 – Utiliser du PPM. Pas de Sbus ni de PWM. Rapport aux voies utilisées et à leurs places sur les UART, si je ne dis pas de bêtises.

2 – Avoir un inter d’armement car la manipulation pour accéder aux réglages de l’OSD utilise le manche des gaz et le yaw.

2- utiliser le UART2 ( TX / RX ) sur la Naze. Car :

  • la connexion OSD / Naze 32 passant par le port série de la carte, il faudra débrancher le TX et le RX de l’OSD avant chaque branchement de votre naze au pc en USB. Pas glop !  Ceci est valable pour tous les gadgets comme le module bluetooth par exemple.
  • MAIS Il existe une solution à ce problème : passer par le UART2 et les positions 3 et 4 pour les TX ( 3 ) et RX ( 4 ). Le UART2 est différent selon les versions de la Naze, sur la rev5 c’est justement les entrées / sorties RX et TX. Ça tombe bien.
  • ET cela vous permettra de conserver la télémétrie et vous dispensera de connecter le RSSI entre l’OSD et la Naze. Les Bat 1 et 2 sont réservés à une alimentation séparée pour conserver un OSD fonctionnel en cas de lipo qui se fait la malle.

Démo de réglage PIDS via l’OSD : 

qdfdgf
Cliquez sur l’image

Installation basique et avancée de l’OSD

A – Installation basique : OSD simple

Il suffit de placer l’OSD entre la caméra et l’émetteur vidéo. En reliant le câble vidéo ( jaune ) et la masse ( noire ). Regardez ce schéma puis la vidéo de Thonain en cliquant sur les images, les 2 ont la vidéo en lien.

nb2phg
Ici, c’est un BEC qui alimente l’OSD et le VTX  mais la caméra sur le schéma est auto alimentée. Il faudra alimenter la votre . Si votre BEC délivre du 5v 3A, passez par lui. Une PDB peut aussi le faire.

En procédant ainsi, vous aurez accès aux fonctions simples décrites en haut de ce tuto. Soit la tension, la consommation… Basique mais super pratique. Et pas cher.

Encore une fois, des images et une vidéo seront plus efficaces que la prose, merci Thonain :

cliquez pour voir la vidéo
cliquez pour voir la vidéo

B – Installation avancée PIDs et Rates via l’OSD

La seule différence réside dans les connexions des TX et RX de l’OSD vers la Naze. Attention : RX sur TX et TX sur RX. Mais suivez le tuto et tout va bien se passer. Respirez calmement. Un bon conseil : ne vous arrêtez jamais de respirer.

LE TUTO

Conseils importants : 

  1. Ça peut faire peur à première vue mais il ne s’agit que de mise à jour et flashouillage. Rien de sorcier. Le tuto de Buggyboy plus bas explique tout.
  2. Avant de vous lancer : lisez TOUT plusieurs fois et votre appréhension s’envolera.
  3. Sauvegardez vos réglages de FC via la fonction backup de la Naze ( Avant ). Mais cette manip ne joue que très peu sur la FC en elle même. Donc peu de risques. Au pire, vous aurez un OSD simple.

On remercie Buggyboy pour ce tuto car il n’y en assez peu en français. J’ai cherché et à part une ou deux choses… Rien sur ce sujet.

xcw
Cliquez pour accéder au tuto de buggyboy, lisez le plusieurs fois et regardez ce que j’ai souligné.

Si vous avez une CC3D, trouvez un autre tuto et envoyez le moi svp. Je le mettrai.

D’autres tutos en anglais pour installer un OSD :

Cliquez pour lancer la vidéo
Résultat final à l’image. Cliquez pour lancer la vidéo

Oscar Liang propose aussi un tuto. Il explique comment partager une voie PPM pour y faire passer la télémétrie RSSI ( Force du signal de réception radio ). Afin de pouvoir brancher sa carte de vol au PC sans problème. Voir explication plus haut.

http://blog.oscarliang.net/minimosd-micro-setup-naze32-pid-rssi/

Conclusion

Entre les modules bluetooth, les OSD, le GR 18 ( une version mini va sortir ) et les câbles OTG, on ne peut que prédire la disparition quasi totale des PC sur le terrain. Il est en effet de plus en plus aisé de régler nos machines sans l’aide d’un ordinateur. Et c’est tant mieux. Cela n’empêche pas que connaître toutes ses manipulations et installations est un véritable atout. Tant au niveau personnel que si vous envisagez de travailler dans le milieu du multirotors. Les solutions tout-en-un vers lesquelles nous nous dirigeons indubitablement seront plus fragiles et plus onéreuses à remplacer. Donc rien ne vaut le DIY !

 

 

10 commentaires Ajoutez les votres
  1. Génial cette article. 🙂
    Un OSD c’est TOP sur aile volante, sur des gros multis aussi plein d’autre hobby RC mais sur un racer inutile tu n’as pas le temps de le lire.
    Pour les réglages des PIDs ou autres le module bluetooth est bien et pas cher. Mieux qu’un racer ou multis qui frise les 400€ et plus comme ceux que tu sites. De toute façon on n’est pas toujours entrain de faire des réglages. Une fois fait cela bouge pas en principe.

    La télémétrie s’est bien aussi et pas cher en plus, tu l’as reçois sur la radio en réglant des alarmes sonores tu es avertie en volant s’en regarder la radio. Super pour la tension de vole et aussi des fois quand équipé pour retrouver ça machine.

    Les options des racers à pépette ces juste de l’attrape nigots ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *