Zigogne, un nouveau sponsor et une nouvelle version du RS 200.

Des marques de châssis françaises, on en trouve pas plus que de doigts sur ma main ( laquelle ? ). Alors quand une de ces marques signe un partenariat avec un sponsor comme Foxeer, c’est bien de le savoir. Et lorsque une nouvelle version du RS 200, le modèle phare de l’équipe Zigogne est sur les rails, autant se tenir au courant. Juste avant, voyons ce que peut apporter un sponsor aux pilotes qui participent à des courses nationales et internationales. Et quels sont les facteurs nécessaires pour trouver un sponsor.

Foxeer est une entreprise liée de près ou de loin à Surveilzone qui distribue les hélices DAL. Comme quelques sociétés désormais tournées vers le FPV Racing, il s’agissait au début d’une marque de caméras de sécurité qui a développé ses activités. Aujourd’hui une branche est dédiée au FPV. Foxeer peut donc se permettre de dégager un budget pour sponsoriser une équipe et s’associer à Zigogne. Ok mais concrètement, ça veut dire quoi ?

Une participation active

Que la team pourra compter sur une participation financière lorsque les pilotes devront se rendre à des compétitions. Et j’ai envie de dire que c’est le plus important. Notre discipline n’est pas encore en mesure d’apporter un flot de pépettes assez conséquent pour que chaque pilote puisse se voir offrir des billets d’avion. Redbull organise bientôt une course dans laquelle un paquet de dollars a été injecté mais c’est un peu différent. Mieux vaut une marque qui s’implique dans la compétition et profite d’un peu de visibilité pro active plutôt qu’un géant qui n’organisera qu’un seul événement, à mon sens en tout cas.

Bien sur, les produits Foxeer sont à l’honneur et équipent les machines des pilotes Zigogne, tout comme les cartes de vol Furious. C’est une dépense en moins qui plus est. Mais le soutien d’une marque, c’est aussi :

Une crédibilité accrue

On ne décroche pas un sponsoring si facilement et c’est souvent qu’on me pose cette question :  » Je cherche un sponsor, comment faire ? « . Quand on est un pilote solitaire, c’est difficile. En revanche, une équipe aura plus de facilité à trouver du soutien, surtout si elle est composée de nombreux membres. Mais le véritable atout, ce sont les résultats en compétition. Ou une visibilité importante sur la planète FPV. Tous ces facteurs assureront à une marque de trouver un véritable écho auprès de la ou les personnes qu’elle aura choisi de soutenir. Mais il existe aussi des marques qui ne désirent pas sponsoriser qui que soit car elles pensent que distribuer gratuitement des produits est la meilleure façon de nuire à l’objectivité de ceux qui les testeront. D’autres enfin on mis en place un système d’ambassadeurs basé sur une réduction des tarifs.

Dans le cas de Zigogne, les résultats sportifs furent probablement le facteur principal. On peut aussi parler de partenariat dans le cas présent.

Une collaboration sur les futurs produits

Souvent les sponsors font tester aux pilotes leurs nouveautés et leurs retours sont les bienvenus. Les tests en situation réelles sont les plus parlants et sont représentatifs des conditions dans lesquelles les produits seront utilisés. Les idées, les besoins des pilotes sont une source d’informations pour les fabricants et plus d’un moteur ont été conçus avec la collaboration d’un ou plusieurs pilotes comme ce fut le cas avec les moteurs Mr Steele. C’est ainsi que sont testés les châssis prototypes et que des points particuliers sont mis en avant par les équipes.

Interview d’Alex, fondateur Zigogne

Bond, James Bond.

Salut Alex. Je suis heureux que Zigogne communique un peu à nouveau !! C’est trop rare pour une telle équipe qui plus est sponsorisée par plusieurs marques importantes de notre milieu. Après Furious FPV, c’est Foxeer qui vient soutenir votre team pour qu’elle défende nos couleurs à l’international, c’est bien ça ?

Salut Frédéric, merci pour ton invitation. Tu as vu juste, nous venons de signer avec Foxeer, sponsor majeur qui permettra entre autres à nos pilotes de se faire plaisir à l’international comme par exemple en Corée en octobre pour BLS. Nous y représenterons fièrement la touche cocorico. Via ce partenariat, nous nous rebaptisons pour l’occasion Zigogne Foxeer Team.

Quand tu dis major sponsor, j’en déduis qu’il s’agit d’un gros sponsoring ? Un peu comme Nexblades et la société NEX ?

Oui en effet, pour décrocher un tel sponsoring ce n’est pas aussi simple. Certes si vous avez une bonne visibilité sur les réseaux sociaux vous allez pouvoir trouver un sponsor produit, les firmes chinoises sont assez ouverrtes sur ce point. Cependant pour du financement il faut montrer du palpable et bien préparer son dossier. S’en suit des heures de tractations en anglais pour aboutir sur un accord. Et une fois que la machine démarre, préparer un bon plan de communication.

Il y a bien longtemps, la Zigogne 300 fut le premier châssis que je me suis offert. Et ce fut un beau succès commercial mais pas seulement puisqu’il a ouvert la voie à la gamme Zigogne. Comme beaucoup, j’avais été séduit par cette création, innovante à l’époque. Aujourd’hui, c’est le RS 200 qui a marqué les esprits. Je pense qu’il est temps de sortir un autre châssis, qu’en dis tu ?

Le RS200 est devenu notre bestseller. C’est un châssis de course qui a su se démarquer par son originalité avec sa structure en aluminium et sa facilité de maintenance. En fonction des retours, nous continuons à le faire évoluer avec les bras « Arrow » qui sont plus résistants et protègent les moteurs. Puis une édition spéciale avec un choix de coloris étendu. Après presque 1 an depuis son lancement, certains sont probablement passés à autre chose mais je le vois encore voler. C’est un peu un signe de reconnaissance qui nous pousse à entreprendre davantage. Et oui, il est temps de sortir autre chose. Sur ce point vous risquez d’être agréablement surpris avant les fêtes de fin d’année.

Vous êtes réellement concentrés sur le FPV Racing, même les Rotor Riot ont remarqué le Darkbolt. Êtes-vous définitivement dirigés vers la course ?

Comme tu le soulignais au début, nous n’avons pas beaucoup communiqué ces derniers temps car plusieurs choix stratégiques ont été définis. Aujourd’hui nous constatons qu’il y a une course effrénée sur les châssis, de différentes tailles. On veut aller vite, sortir l’attirail sans prendre du recul. Je n’ai pas vu de vraie innovation depuis un moment. Ah oui, peut-être le dernier Moka qui m’avait séduit avec son système de blocage d’arceau.

De notre côté, nous avons décidé de nous recentrer sur la partie racing et de prendre notre temps sur les développements. Rien ne sert de courir ; il faut partir à point.

BLS tient le haut du pavé en matière de résultats, mais j’aimerais qu’on parle du reste de l’équipe. Comment as tu choisi les autres membres ?

Je suis depuis toujours les races et j’ai pour habitude de visionner les DVR des pilotes. C’est avant tout ce que je demande quand nous recevons des demandes de sponsoring. Mais pour les pilotes qui intègrent l’équipe je me base sur deux qualités : la marge de progression. Par exemple, j’avais remarqué Benjamin à FPV Air Show en 2016 puisqu’il était parmi les premiers pilotes Français au général mais toutefois encore loin de ses performances actuelles. Puis sa consécration au championnat de France 2016 m’a poussé à le recruter. Pour Taz j’avais remarqué son côté agressif sur ses DVR et décidé de l’intégrer. Malgré tout, les podiums en 2016 ne lui souriaient pas encore. Cependant, il se glissait toujours dans les meilleurs chronos. Aujourd’hui il est parmi les meilleurs pilotes français et à fini 2ème au Portugal et 4e à Madrid à la FAI. Je suis très heureux de le compter dans l’équipe. Et bien sûr son humour est toujours là pour nous mettre à l’aise ! Sans oublier Maxime qui est le premier pilote historique.

Le comportement dans une équipe. Sur ce point, il n’y a pas d’individualisme et c’est pour moi une chose relativement importante. Notre équipe n’est pas une équipe de mercenaires à l’effigie d’une marque. Nous construisons une réelle entente entre les pilotes. Si je devais nous comparer grossièrement à une équipe de foot, nous serions plutôt Arsenal que le Real de Madrid.

Dans la conception des châssis, quel est ton rôle exactement ?

Mon rôle est stratégique, axé sur le développement de la marque Zigogne. Voir si un châssis peut fonctionner ou non. Mais surtout orchestrer la collaboration entre les pilotes et le designer, tout en donnant une ligne directrice, une idée. Ensuite tout le monde participe au développement et nous échangeons régulièrement. Chaque jour.

Depuis la naissance de fpv passion et de ta première boutique fpv fly en 2013, tu as vu le marché évoluer en France. Des remarques ?

Effectivement, il y a eu un vrai bond depuis 2013. Une anecdote, j’ai revu la vidéo de lancement du Zigogne 300 sorti il y a 3 ans et je me suis dit… Punaise, ce drone n’avance pas !

Au niveau technologique je suis très content de l’évolution. Dans le bon sens avec toujours cette communauté qui gravite autour. Maintenant, est-ce que ce sport mécanique peut sortir du lot et devenir plus médiatique ? Je le pense oui, mais il faudra trouver le moyen de supporter d’avantages les pilotes qui participent aux courses. Car ce sont ces personnes qui feront bouger les choses.

Puisqu’on en est aux confidences, il se trouve que fpv-passion et Zigogne sont liés à l’origine. Désormais, les deux entités sont distinctes. Tu as ton équipe, j’ai la mienne. Mais j’aimerais que tu me donnes ton avis sur l’évolution de fpv passion que tu m’as confié il y a déjà bientôt 3 ans.

Je suis très heureux de la tournure de FPV Passion. A vrai dire j’avais très vite cerné ta motivation, ton sérieux et c’est ce qui m’a poussé à te céder le bébé. D’autant plus que le projet Zigogne prenait de l’ampleur et je préférais que le blog reste objectif, sans favoritisme. D’ailleurs, sur FPV Passion, on parle davantage des autres châssis que de ceux de Zigogne depuis que tu es aux manettes. Mais ça ne me dérange absolument pas, bien au contraire.

Parle nous plus précisément de l’équipe et de la marque Zigogne. Il se trouve que la France a une assez bonne réputation dans le milieu. Mais comment vois tu l’avenir de ta team ? Et celui de notre passion ?

Il y a un très bon pool de pilotes français. Se mesurer aux pilotes les plus talentueux de la planète est le rêve de tous ! Grâce au sponsor majeur de Foxeer, nous allons pouvoir offrir cette possibilité à nos pilotes, mais aussi faire connaître notre marque. Je reste aussi persuadé que des ligues professionnelles à gros budget non verrouillées se distingueront pour permettre à tout le monde d’y participer. C’est déjà un peu le cas avec la ISDC.

Concernant la passion, je dirais que le nom que j’ai donné au blog que tu gères et le nombre de like sur Facebook sont révélateurs de l’avenir du FPV. De plus ne plus de lecteurs et de passionnés ! Donc Oui il y en a un !

Allez, lâche nous une info ou deux sur le futur modèle Zigogne !!!

Voici ce que je peux dire :

Oubliez les frames sandwich et les fils à gogo !

Il est temps effectivement qu’on pense gagner du temps au niveau des changements de setup et de la rapidité de réparation !

La boutique en ligne Zigogne est ici. Surveillez la bien. Et à propos de Foxeer, la Legend 3 est en route, il y a du lourd au programme : 4k en 25 FPS et 2.5 k en 60 FPS. C’est ici.

Video en 1440 p :

5 commentaires Ajoutez les votres
  1. Les frames à bras verticaux commencent à devenir incontournables on dirais.

    Par contre je ne suis pas convaincu par la foxeer 3 qui n’est pas très nette…

  2. Bravo à Alex que je connais bien 😉
    Bravo à la team et surtout beaucoup de succès à eux lors de leur futures compétitions.
    Cela ira peut-être aussi dans le sens des clients , avec il faut l’espérer des tarifs préférentiels en boutique, sur les produits FOXEER 🙂

  3. Le teasing de leur nouveau châssis, cela fait franchement penser à la philosophie du Vendetta, avec ses connecteurs intégrés. Le mauvais côté, c’était par contre le poids élevé en retour. L’équipe de chez Zigogne étant maintenant axée sur la course (et la chasse aux grammes superflus), j’imagine qu’ils ont trouvé une astuce pour contourner le problème, et ça, ça me rend vraiment curieux !

    Par contre, juste une requête : faut vraiment revoir leur système de fixation de la caméra !! Comme beaucoup, je n’ai jamais réussi à en tirer quelque chose de viable tel quel.

    1. Ce qui est bien dommage d’ailleurs car il est beau. Mais le concepteur m a dit qu’avec la bonne taille de vis, il y a moyen de moyenner

      1. C’est vrai qu’il est chouette, mais absolument pas fonctionnel. Si tu as des tips, je suis vraiment preneur. Chez moi la caméra glisse et ne se maintient jamais dans l’axe (et ne se maintient d’ailleurs pas du tout). Pourtant j’ai tout essayé, y compris visser la vis pointeau jusqu’à ce qu’elle vienne pratiquement percer le carénage de la caméra. Au final, ça se termine toujours à la colle chaude…
        Pour être viable, il faudrait à mon avis au minimum deux vis pour maintenir la caméra.

Répondre à Frédéric Giacomaggi Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *