La Nano Runcam, une taille en trop ?

Runcam se positionne de plus en plus comme la locomotive des fabricants de caméras dédiées au FPV. De la Runcam Eagle à la mini Swift en passant par la micro, on peut dire que les nouveaux modèles ont tous apporté quelque chose de plus à nos montages. Sera ce la cas une nouvelle fois ? ( Sera ce … Genre le mec il se la joue langage soutenu !^^ ). Plaisanterie mise à part et bien que personne n’ait essayé ce futur produit, j’ai des doutes sur sa pertinence. Pourtant, il se peut que la Nano Runcam réserve des surprises. Bonnes ou mauvaises, c’est la question que je pose ici. Il y a en effet quelques différences troublantes entre la Micro Runcam qui est selon moi l’ultime format permettant d’obtenir des images correctes, et la Nano runcam qui conserve quelques points forts mais perd bien évidemment un peu de performances en même temps qu’elle réduit sa taille ( 14 x 14 x 17 contre 19 x 19 x 19 mm ). C’est l’heure de la comparaison objective :

Un capteur différent. Vainqueur : Micro Runcam

Fini le Sony Super HAD II CCD, c’est un CMOS qui vient le remplacer. Si vous voulez savoir lequel est le meilleur, lisez ceci. C’est un article que j’ai écrit il y a longtemps et qui va juste assez loin dans le détail des différences CMOS / CCD. Pour les paresseux sachez que j’y explique que le CCD est bien plus adapté au FPV que le CMOS. Et ce pour deux raisons majeures :

  1. La gestion de la dynamique : après une zone ensoleillée on peut voler dans la forêt plus sombre. Si le capteur ne suit pas rapidement, on voit plus rien.
  2. Une cadence élevée : la vitesse d’obturation a un rôle très important puisqu’elle définit les limites de tolérances des hautes et basses lumières. Elle a aussi une influence sur les sujets très rapides.

Le Rolling Shutter et l’effet sur les images d’hélices en mouvement

Si vous voulez savoir si votre camera comporte un CMOS ou un CCD, il suffit de filmer une hélice. Dans un des deux cas, la vitesse d’obturation est trop lente et l’hélice est décomposée comme ceci :

Cette Nano Runcam n’est donc pas optimisée pour les changements de luminosité rapides. Et elle est bien moins bonnes en basse lumière, sur le papier en tout cas ( 0.1 Lux VS 0.01 Lux à 1.2 de focale ).

L’objectif et le FOV : Égalité entre la Micro et la Nano

C’est le gros atout de la Nano, elle utilise le même objectif que la Micro ( 2.1 ou 2.3 mm soit 160 ou 145 degrés ). J’ignore si le choix sera possible entre les deux objectifs mais ce qui est certain c’est que :

Mieux vaut une camera moyenne avec un bon objectif qu’une bonne caméra avec un mauvais objectif.

Je m’auto-cite carrément ! Mais tout le monde sera d’accord sur ce point, croyez moi. La Nano a eu le bon goût de conserver l’objectif de sa grande sœur :

L’OSD : vainqueur Micro runcam

Il n’a aucun connecteur pour brancher un OSD. Pas de tension de la lipo à l’écran ni de pré réglages possibles. Les raccourcis bien pratiques que je vous décrivais ici ont été abandonnés fautes de place pour un connecteur. Vous serez donc à la merci du réglage automatique de la balance des blancs. À nous les nuages roses dans un ciel bleu alors que les journées sont grises dans la réalité. En même temps, ça réchauffera nos vols hivernaux !

600 et 650 TVL, égalité

La différence est certes minime et comme vous le savez, cela dépendra aussi du format PAL ou NTSC. Ils ont chacun leurs limites en termes de nombre de lignes et de framerate. Je ne répéterai jamais assez que les caméras 1200 TVL sont une arnaque marketing de plus. Les 50 lignes qui séparent la Nano de la Micro seront peu perceptibles en dehors des performances du CMOS.

Pas de support camera ?

Le dernier à droite sera certainement compatible

Aux dernières nouvelles, la Nano sera livrée avec une bague de serrage supplémentaire. C’est tout. Comment la fixerons nous sur nos machines ? Il existe des impressions 3D ou des supports en plastique qui viennent enserrer l’objectif :

Poids plume, poids coque : victoire de la Nano

2.8 grammes sans les câbles contre 5.6 grammes pour la Micro, il est indéniable que sur ce terrain on a encore battu des records.

Compatible 1S

La Nano serait-elle destinée au marché des machines Brushed que Runcam a ignoré alors qu’il battait son plein ? Quoiqu’il en soit, la compatibilité avec les lipos et les nano racers à moteurs à charbon est un plus, bien que cette stratégie semble tardive commercialement parlant.

Conclusion préliminaire

Il ne faut pas préjuger de la qualité d’un produit, surtout quand on ne l’a pas essayé, c’est vrai. Mais il ne faut pas non plus ignorer l’évidence. La Micro Runcam représente une véritable innovation puisqu’elle propose une qualité d’image équivalente aux modèles plus lourds et encombrants. Mais je doute que la Nano arrive à reproduire l’exploit en ne conservant qu’un seul des atouts de sa grande sœur. L’objectif ne fait pas tout et le manque de support pour les montages, le capteur moins performant et l’absence d’OSD sont des points négatifs selon moi. Pour 19.99 Dollars, autant s’offrir un combo TX05 compatible avec l’OSD Betaflight et qui coûte le même prix tout en incluant un VTX 0/50/200 mW.

J’utilise le TX05 et franchement, si on y greffait l’objectif Runcam, ce serait un produit imbattable. Son antenne filaire est moins fragile que les versions précédentes, il n’y a pas de modification à faire pour avoir l’OSD Betaflight et la durée de vie est très bonne pourvu que le combo soit suffisamment aéré. En conclusion, restez sur la Micro ou achetez un TX05 ! Ceci dit, je ne demande pas mieux que d’avoir tort.

Galerie et precommandes

La Nano runcam est dispo :

4 commentaires Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *