La nouvelle aile volante TBS Caipirinha II, les premières images

Exclu totale, internationale universelle : voici des photos que m’a envoyé le développeur de la nouvelle Caipirinhah, la célèbre aile volante FPV TBS de 850 mm d’envergure avec son emplacement dédié à la Gopro. Ce scoop planétaire est à la base de quatre petites photos dont une est déjà parue ( pèle mêle dans la tonne d’images diverses et variées qu’on trouve sur la page FB du dev ). Mais ces photos n’ont pas été prises au hasard, on y découvre quelques petites choses :

1 : il y aura une antenne pour envoyer la vidéo !

Et pas n’importe quelle antenne : une Triumph TBS. On remarque cependant qu’elle sera intégrée au corps de l’aile. Bon, c’était déjà le cas sur la première Caipirinha.  Il semble que l’antenne soit en version courte. A ce propos, j’imagine qu’on trouvera toujours un emplacement pour la Gopro… mais pour laquelle ? La Session ? La Gopro 5 ?

2 : plus mystérieux, il y aura plusieurs connecteurs XT60

Pourquoi trois connecteurs ? Alors là, je sèche. Je ne suis pas un spécialiste des ailes volantes mais si ce n’est pas pour brancher plusieurs lipos en série ou en parallèle, je ne vois pas à quoi ces XT pourront servir. Qui plus est, si c’était pour cet usage il y en aurait seulement deux.

L’autre explication serait que chez TBS on aime bien alimenter séparément le FPV et la motorisation afin de conserver l’image en cas de crash. Ce n’est d’ailleurs pas spécifique à cette marque, il s’agit plutôt d’un vestige du temps où les composants n’intégraient pas de BEC. Il fallait donc tout alimenter séparément. Quoiqu’il en soit, c’est un gage de sécurité et cela permet aussi d’alimenter un tracker GPS ou un système de recherche quelconque.

Dans un article sur le Crossfire rédigé il y a déjà longtemps, je remarque qu’on trouve sur ce module longue portée un système de localisation d’une autonomie d’une journée. J’ai donc posé la question au développeur, voici ce qu’il m’a répondu :

J’en ai aucune idée…

Ben voyons ! Examinons la dernière photo. On y voit des winglets de type Bunny Ears ( oreilles de lapin ), identiques à ceux de la première aile :

C’est tout ?

Oui. J’ai pleuré, j’ai crié, j’ai menacé. Rien n’a fonctionné, le développeur ne veut rien dire et Trappy se tait. On attendra donc… Mais on est contents d’avoir eu ces images assez inédites malgré tout. C’est pas le scoop du siècle mais ça fait toujours plaisir ! Une dernière info : Caipirinha, c’est toujours aussi compliqué à écrire ! C’est un cocktail brésilien à base de citron vert, de cachaça et de sucre. Au moins on aura appris ça !

15 commentaires Ajoutez les votres
  1. Je pense que l’avenir du FPV est dans les ailes volantes (qui deviendront plus petites).

    Elles ont pleins d’avantages : simples (1esc 1 moteur pas de fc), pas chère(économie sur 3 escalier, moteurs…), consomme moins, automobile plus grande, solide(epp), rapides (fun jet de multiplex va à 300km/h), et surtout aux yeux des personnes ce n’est pas un Drone(legislation similaire ?).

      1. Franchement c’est un plaisir et en plus pas de risque de perte dans les herbes hautes comme le vortex 180….;-)
        Pour 150 voir 180 euros tu peux avoir une ailes dépassant les 200 km/h

    1. Tu vas peut être me trouver pointilleux, mais une funjet n’est pas une aile volante… Ceci dit, je pense que tu voulais élargir aux avions RC en général ?

      Il faut tout de même voir que les domaines de vol de ces deux types de machines (avions et quadri) sont tout de même foncièrement différents. Un circuit de course avec des drapeaux et des portes, ça me parait plutôt compliqué avec une funjet par exemple. Ou alors, faut revoir les proportions du parcours et des gates…

  2. Ça va longtemps que je vous annonce la fin des tondeuses… Ensuite TBS trouvera toujours des pigeons pour acheter leurs produits. La version Caipirinha 1 était une bouze, on verra concrètement en 2018. En attendant vive les S800

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *