BLS, le châssis.

Il est en vente depuis hier, le nouveau modèle Zigogne. Succéder au fameux RS200 n’est pas une chose facile car ce dernier a connu une belle carrière. Connaissant un peu les chiffres des ventes des châssis en France, je peux vous dire qu’il est longtemps resté en tête et avec une large avance. Il était cependant temps de passer à la suite et c’est Benjamin, allias BLS, qui a dessiné le petit dernier. Le mot d’ordre : gagner du poids mais surtout concevoir un châssis complétement destiné à la course, avec les avantages et les inconvénients que cela comporte.

Bien sur, les avantages sont autant de qualités que doit posséder un châssis de compétition. Et les inconvénients sont ceux que lui trouvera un pilote qui préfère une machine plus lourde mais plus robuste. Le principal est de ne pas tromper la clientèle en expliquant que le BL215S favorise avant tout la performance, c’est un châssis de finale destiné au pilote qui aura su se préserver et lâcher la sauce au bon moment. Bref, c’est un modèle à l’image de son concepteur : BLS.

Pur ou Epuré ?

En tout cas, il n’est pas dilué ! Pardon… J’ai pas pu m’en empêcher. Le BL215S est effectivement plus proche de la dentelle fine que du tank blindé mais je peux comprendre ça. Depuis mon premier vol avec le T190, une machine 5 pouces de 225 grammes, puis avec mon Zeus Ultra de 199 grammes, je ne monte plus de machine trop « lourde ». Le gain de poids change véritablement les sensations en vol. La gestion des gaz est certes plus délicate au début mais on s’y fait vite. Je ne suis pas le meilleur des pilotes mais j’ai tout de même pas mal progressé. Suffisamment en tout cas pour comprendre ceux qui favorisent un poids léger et ceux qui préfèrent davantage d’inertie. Respectivement, ce sont d’ailleurs souvent les adeptes de la race et du freestyle. BLS ne devrait pas me contredire car je sais qu’il pilote beaucoup autour du neutre et avec une machine légère, on s’en écarte moins :

Je travaille beaucoup avec 20% de la course du manche ( 95% du temps ). C’est seulement en cas de split S ou d’enchaînements très rapides ( slalom ) que je viens toucher très brièvement la butée sur le roll.

50 grammes

Le Merica de Catalyst Machinework est lui aussi un modèle hyper léger et les ventes ont crevé le plafond. Il pèse 62 grammes nu, canopy inclue. La configuration conseillée par le fabricant : des 2205 en 2400 ou 2600 kv. Je verrai justement très bien des 2205 2300 kv sur le BL215S et en relisant l’interview de Benjamin, je pense qu’il serait peut-être d’accord :

Je préfère les bas KV pour le couple. On a vraiment une impression de précision sur les gaz, une sorte de démultiplication. On la retrouve moins en haut kv qui donnent l’impression d’avoir des gaz moins précis.

Les specs, le design

  • • 1x Top Plate 2mm
  • • 1x Main Plate 2mm
  • • 1x Low plate 2mm
  • • 4x Bras 4mm
  • • 4x Vis titane M3x12
  • • 4x Vis titane M3x16
  • • 5x Vis titane M3x6
  • • 4x Entretoise nylon M3X6+6
  • • 3x Ecrou aluminium anodisé M3
  • • 3x Entretoise anodisée M3x30
  • • 1x Lipo strap Zigogne & BLShop
  • • 2x Sticker Zigogne

Le design est original, les trois entretoises impliquent une forme biseautée assez peu répandue dans ce format de châssis. Outre l’économie de poids, elle permet d’obtenir un look agressif. Les plates supérieures et intermédiaires sont en deux millimètres et de larges ouvertures viennent encore alléger la structure. Les bras en 4 mm semblent le bon compromis en termes de poids et de résistance. Le tout forme une machine qu’on aimera ou pas selon ses gouts mais l’esthétique est propre à chacun. Sortira t’elle d’ailleurs en carbone bleu ?

Le résultat : un BL215S pur fpv racing ?

C’est mon avis en tout cas. L’accent n’a pas été mis sur la robustesse mais sur la performance. Il n’y a qu’à voir la position de la caméra, plutôt exposée. Il semble d’ailleurs que le partenariat Zigogne Foxeer se concrétise puisque la Foxeer Predator Micro ou l’équivalent au format mini soit envisagés. Reste à voir comment on pourra fixer la micro puisque dans le packaging du BL215S on ne trouve pas de support. Et je crois que Foxeer n’en fournit pas dans ce cas précis ( micro Predator ). A vérifier cependant.

69 euros

C’est raisonnable et les pièces sont également abordables. Je ne saurai trop vous conseiller d’en prendre une ou deux d’avance, c’est toujours énervant de casser et d’attendre les pièces. Vous trouverez le BL215S sur la boutique Store Zigogne.

cliquez sur l’image

L’explication de BLS

Il ne s’agit ici que d’une théorie personnelle, le BL215S m’a semblé bel et bien tourné vers la compétition mais rien n’empêche de voler comme on l’entend. Benjamin souligne qu’il a souhaité un châssis polyvalent qui correspond aussi à ses nouvelles façons de voler :

Ce châssis a été conçu au départ pour la course en Corée. Ils demandaient aux pilotes de pouvoir y monter une caméra HD type Gopro Session. Du coup, mon châssis ultra light type « tower » en X ne convenait pas du tout. J’avais aussi le RS200 comme possibilité mais trop lourd et fragile à certains endroits à mon goût. Mon cahier des charges était de : rester dans les 50 à 55 grammes, avoir la possibilité de monter une caméra HD, une antenne classique, un X allongé et

une taille assez importante pour éloigner au maximum les hélices entre elle pour éviter les phénomènes de vortex qui enlèvent de l’efficacité et rendent le drone bruyant.

Il devait être beau, la camera devait se trouver devant, les vis de la FC libres d’être serrées ou non ( les Bras se rejoignent donc au centre ).Le tout en étant robuste ( ras le bol de bricoler après une session ) et enfin il fallait de la place pour que tout rentre facilement. Le pari est donc plutôt bien réussi puisqu’on arrive à 50gr, ce qui le place dans les plus légers. un résultat très bon pour un châssis de cette solidité.

J’ai d’ailleurs fais un crash test improvisé devant tout le monde à la course de Bordeaux. Un plein gaz dans le plafond et la machine est tombée de tout son poids sur le béton. Pas une seule pièce n’a cassé.

Son allure anorexique ne veut rien dire, c’est la conception qui est la plus importante, comme rajouter de la matière au niveau des perçages.

Élargir les pièces là où il faut, c’est ça qui compte. Son faible poids lui donne de plus  peu d’énergie cinétique à l’impact. Autre point important, le fait que la caméra paraisse exposée, c’est juste une fausse idée. Oui elle dépasse, mais les bras sont là pour arrêter tout objet qui voudraient la toucher. Le seul cas qui pourrait lui faire mal serait que le drone rentre pile poil au milieu d’un poteau ou autre. Je peux vous assurer qu’avec n’importe quel machine, il suffit que la caméra dépasse d’un millimètre et elle souffrira de la même manière. Même si il y a une protection, ça reste un simple morceau de carbone et il volera en éclats au premier impact. Une rainure offre la possibilité de reculer la caméra sur le BL215S. 

Quant au support caméra, un vieux support de HS1177 qu’on replie à la bonne taille suffit 😉.

3 commentaires Ajoutez les votres
  1. Pour être épuré c’est sûr ce l’est 🙂
    J’attends une démo d’Alex sur notre terrain de vol au printemps pour me faire une idée ; en tout cas bravo pour le design made de part chez nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *