Le Moka Jadina, les bras verticaux à l’essai

Tout le monde connait ou a déjà vu le Moka Jadina, il ne laisse personne indifférent. On le croirait issu d’un film de science fiction comme Terminator ou Transformers. Ce châssis impose son design noir et métallique dont les bras verticaux sont un élément à part entière. On aime ou on aime pas mais on ne peut nier que ce racer sort de l’ordinaire esthétiquement parlant ! Beaucoup de critiques relatives à ses bras à 90 degrés et notamment à ses supports moteur ont fusé. A propos de leur solidité relative mais depuis le temps a passé, nous allons découvrir si le Jadina méritait ses préjugés. Amateur de la marque, je me suis donc dit que je n’allais pas me précipiter et faire un test sur la longueur, afin de vérifier si les craintes étaient fondées.

Le carbone du Jadina : verticale attitude

Comme toujours chez Moka, le carbone est de bonne facture. Ses bras verticaux en 5 mm sont de véritables barres à mine et laissent augurer un rendement au top. Les supports moteur sont épais de 3mm, les deux plates principales font 1,5 mm. Et c’est beau. Les parties en aluminium sont fantastiques, je kiffe vraiment ce design. Je suis d’ailleurs rassuré, il a l’air bien solide ce Jadina ! Il ne reste plus qu’a finaliser le montage. Voici les composants que j’ai choisi en fonction des recommandations de Moka :

  • Une Yupi F4
  • Emax 2306 2450 kv
  • Esc racerstars
  • Tbs Unify
  • Runcam owl
  • XM+

J’aurais certes pu mettre un ESC 4 en 1 mais je n’avais que ça en stock ( 30 A, Racerstar ). Je ne pense pas que ça change grand chose. Il est bon de noter que j’ai eu bien du mal a faire rentrer la Yupi Race dans le châssis car elle est un peu plus grande que le standard. Du coup elle se retrouve sur la top plate ( en haut donc ) :

Fixée par le haut
Fixée normalement

Aucun soucis pour le reste du montage, la camera est super bien protégée et ça, j’adore. Le poids de la frame est un peu lourd par rapport à la tendance actuelle du super light ( env 120 grammes ) mais on se retrouve avec un quad monté qui pèse autour des 350 grammes en ordre de vol, c’est tout à fait correct.

Les bras verticaux : les atouts, le ressenti

Entre la théorie et la pratique, il y a la réalité.

Alors une fois dans les airs ca donne quoi ? Ben comme souvent chez Moka, ça vole plutôt bien. Ça tourne vite mais je n’aurai pas la prétention de vous dire que les bras verticaux apportent un réel plus qui soit sensible en FPV. En toute logique oui. Pourtant seul des tests en soufflerie pourraient le certifier. Mais le gain en termes de rigidité est clairement évident, les bras verticaux sont rigides à souhait. On trouve de plus un montage des bras légèrement en V-tail, ça me rappelle Terminator, j’adore.

Quand on regarde les bras, on s’aperçoit que l’on peut aussi tilter les moteurs avec une vis. Ça mérite d’être essayé : je prends donc contact avec Reda, histoire d’avoir plus d’infos. Je n’ai jamais testé un quad comme ça, faut t il modifier des paramètres de la carte ?? Non, on laisse tout comme d’habitude et hop !

J’en connais certains qui vont crier au loup quand ils vont lire la suite car nombreux sont ceux qui vont vous dire que ça n’apporte rien d’autre que des flux d’air optimisés. D’après les études ( que je cherche toujours :p ) ils seraient davantage perturbés.

Sauf que ici, il ne s’agit pas juste d’un tilt vers l’avant mais aussi de l’angle des bras arrières ( V Tail ).

Et franchement d’un coup on a plus la même machine. Le paysage défile a une vitesse ! Attention, je ne dis pas que l’on va plus vite par contre on accélère beaucoup plus rapidement et avec moins d’angle ( logique ^^). Petit bémol : il faut bien comprendre que cette configuration particulière des moteurs est interdite en compétition en France, même si depuis peu elle est autorisé ailleurs car il y a 15° de tilt. Certains ont aussi parlé du support d’antenne un peu fragile, j’avoue que moi aussi je le pensais au début mais après coup on s’aperçoit que ce sont les moteurs qui protègent le connecteur. Au final, ca le fait ( sauf quand, comme moi, on possède un TBS Unify avec leur prise que je trouve peu fiable d’origine ^^).

Conclusion : un châssis magnifique avec un vrai atout aérodynamique

Ce Moka Jadina est une œuvre d’art, un quad comme on n’en voit pas tout les jours et qui, malgré certaines critiques que j’ai pu lire ici ou là, est très costaud. Vu le nombre de crashs qu’il s’est mangé… Un petit peu d’embonpoint le pénalisera un peu en course mais telle est la rançon de la solidité. On ne peut pas tout avoir : une machine qui sort de l’ordinaire, classe à souhait, une finition de dingue et en même temps un racer ultra résistant. Comme toujours, Moka a été très productif et original, comme toujours. Encore un grand cru !

Le petit mot de Fredouillo : parole au concepteur

Les effets des formes sur le flux

Quand j’ai appris que Christophe allait tester le Jadina, j’ai été bien déconfit. Un fort sentiment de haine m’a d’abord envahi, suivi d’une grosse envie violence. J’ai donc profité d’une visite chez lui pour observer ce racer, le voir voler, le prendre en photo… Et c’est un bel objet que ce racer du Canada. Je gage que Moka a probablement pensé le sortir en version light. Les bras verticaux sont entrés dans les mœurs et il existe désormais des supports moteurs adaptés aux bras à 90 degrés. On ne peut pas nier que des bras verticaux améliorent l’aérodynamisme dans le sens ou le flux d’air est bien moins perturbé par une forme fine que par une forme plate.

Moka à tenu à souligner l’évolution du Jadina. D’une frame assez classique avec des bras verticaux, on est passé à une forme plus élaborée puis à un hybride alu / carbone où aucun des deux matériaux ne prend le pas sur l’autre

C’est un gros travail de conception et de design.

Nous a expliqué Moka. On veut bien le croire

Vidéo démo à la 3eme personne

4 commentaires Ajoutez les votres
  1. Merci pour cet article.
    L’idée est bonne même si elle rajoute des liaison mécaniques pour fixer les moteurs. Et ça a de la gueule !
    Par contre à mon avis les 2 petites vis qui font la liaison bras/châssis vont prendre cher :
    – elles sont sur le même axe (donc elle vont manger en torsion)
    – la portée bras/châssis est hyper réduite, donc l’assemblage bras/châssis ne profite pas de la rigidité du carbone.
    => je pense qu’il faudrait qu’une des 2 pattes en carbone soit plus longue que l’autre pour désaxer verticalement les 2 vis. Il faudrait aussi reculer un peu les vis sur leur pattes pour offrir une meilleur portée mécanique.
    (ça n’est que mon avis)

  2. Merci pour ce retour, qui semble très rassurant sur la solidité de la machine. C’est vrai qu’elle a une bouille pas banale, comme d’habitude chez Moka frame !

    Avec un peu de recul, elle perd ceci dit un peu d’intérêt, dans la mesure où l’on voit beaucoup de nouveaux châssis arriver avec des bras très fins, mais très épais (du carbone de 6mm par exemple). C’est un peu le meilleur des 2 mondes : une trainée réduite, mais un montage qui reste simple (et donc plus léger).

    Au passage, je ne suis pas un spécialiste en aérodynamique, mais j’ai toujours entendu dire que la forme des bras n’avait pratiquement pas d’influence sur le rendement des moteurs par contre. Une hélice « tire » plus qu’elle ne « pousse » en réalité. Le facteur déterminant est donc beaucoup plus ce qui se trouve devant l’hélice que ce qui se trouve derrière. Pour le coup, c’est d’ailleurs quelque chose que j’ai pu vérifier avec les jets « pusher » (avion avec hélice à l’arrière, en propulsif), où l’hélice est en effet très sensible aux effets de masquage.

Répondre à Frédéric Giacomaggi Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *