Test du Gravity 3 pouces, analyse et DVR

Pour tester les performances de ce mini racer, je me suis servi en autres de la mesure des G de l’OSD afin de savoir comment la machine se comporte en termes d’inertie, d’accélération et de reprise. Le Mini Gravity a reçu un bel accueil de la part de la communauté. Original, il est conçu différemment et ne ressemble à aucun autre. Ça fait d’ailleurs du bien de pouvoir décoller sans se prendre la tête à faire tenir son racer en équilibre sur sa lipo. Les machines avec la batterie sur le dos, mieux protégée, font d’ailleurs leur retour en ce moment. Le châssis que je vous présente aujourd’hui va encore plus loin dans le concept d’intégration de la lipo. Tout comme le dernier Zigogne Shockwave, chaque composant y a sa place et le montage final est très propre, presque sans fils apparents. De plus, l’optimisation du centre de gravité se ressent dans le pilotage ainsi que dans les PID. Enfin, grâce au TPU en sandwich entre les deux main plates, je n’ai pas eu besoin de toucher aux réglages. C’est assez rare. Voyons les particularités de ce trois pouces, assez bon en race mais plus orienté freestyle.

Deux innovations majeures

1-Un système anti vibrations

C’est la seconde fois que je teste l’incrustation de TPU entre deux main plates. C’est très efficace, vraiment. Vous verrez sur le DVR qu’aucune vibration ne vient polluer le vol. La rigidité des bras est conservée bien qu’ils soient un peu plus élastiques qu’à l’habitude. Les deux plates sont plus fines que sur un châssis conventionnel mais puisque tout est sur mesures, il suffit de choisir une épaisseur plus importante si vous le désirez. Idem pour le TPU, vous choisirez l’épaisseur. J’ai opté pour du 0.6 mm.

Réglage des PID : rien à faire !

Avec un trois pouces, il arrive souvent d’avoir à baisser le P ou à augmenter le TPA. Le DVR que vous allez voir est effectué sans avoir rien touché aux PID. Si vous êtes allergique aux réglages fins, le Gravity est parfait.

2- la lipo semi intégrée au châssis

4S 850 mAh 75C max

Donnez les dimensions de votre lipo à Mickael Page ( prononcez paidge, ça lui fera plaisir ) et il vous fera une top plate adaptée. Pourquoi pas une pièce 3D qui reprend le contour intérieur afin d’éviter les morsures du carbone sur la batterie en cas de gros choc.

Si vous montez des 1306 4000 kv, une lipo 800 ou 750 mAh suffira.

Un montage très propre

La carte de vol est située un peu en avant afin de laisser la place aux ESC 4 en 1. Tout est sur un seul étage. La seule chose à savoir est qu’il faut avoir une longueur de fils suffisante pour que les moteurs avant rejoignent les ESC, en position arrière.

Le récepteur radio se glisse sous la plaque en TPU qui accueille la lipo. Et le VTX est un TX200U qui se place derrière la camera. Le résultat est très clean !

Des composants adaptés

Le VTX en particulier est un choix important car le Gravity propose moins de place que les châssis habituels. C’est pourquoi le TX200U est parfait ici. D’autant plus que la place est abondante entre la FC et la camera FPV. Pour le reste, vous choisirez ce que vous désirez.

La motorisation et le poids

11xx ou 13/14xx, libre à vous. Mais les 13xx sont un minimum à mon sens car le Gravity est un freestyleur plus qu’un racer ultralight. Mon prototype vole super bien mais j’ai des entretoises bien trop lourdes et la plaque sous la lipo est aussi trop épaisse. Je suis à 170 grammes, ce qui est beaucoup pour un trois pouces. Mais en changeant les entretoises et la plaque en TPU, je pourrai gagner facilement 15 grammes.

Michael conseille des esc individuels plutôt que des 4 en 1. Attention dans ce cas à la largeur des bras par rapport à celle des esc.

Après un run normal, les moteurs sont froids. Lors du test, il faisait 24 degrés. La lipo était tiède. J’ai pu volé deux fois deux minutes mais sans exagérer sur les full throttles car ma Zop
Power est toute neuve. j’ai aussi passé une GNB de même capacité, soit 850 mAH 75C 4S.

Le test des G : mesure de l’accélération

Tout doucement, j’équipe ma flotte de multirotors avec la version 3.5 et le configurateur 10.4.0 qui permettent de mesurer l’accélération. Je peux déjà vous dire que j’ai passé les 6 G avec un 4 pouces. Le Gravity Mini, avec la lipo à moins de 15 volts a atteint les 4.8 G. C’est très bon pour un trois pouces ! J’ai encore peu de références mais c’est pas mal.

Mesure de l’inertie en virages serrés

Sur un virage moyen

Avec mon trois pouces de 100 grammes, je suis autour des 2 G lors des virages serrés. Avec le Gravity, on est un peu au dessus ( 2.5 à 3 G ). C’est normal, il est plus lourd. Mais on ne peut pas dire que ce soit extrêmement sensible au pilotage par rapport à une machine plus légère. Cette machine est super saine, les virages sont nets. Bon j’ai encore peu volé avec le Gravity mais j’ai bien aimé.

Conclusion

C’est moi qui ait tanné Aerial Production pour avoir ce Gravity 3P. Et je ne regrette pas du tout.

Les sensations en vol sont très proches d’un cinq pouces. Le couple est comparable mais bien sûr un peu plus faible. La machine est très agréable à piloter et bien que j’ignore dans quelle mesure la place de la lipo influence le vol, je peux affirmer qu’optimiser le centre de gravité en y plaçant les composants les plus lourds est forcément positif. Je vais voler un moment avec cette machine ainsi qu’avec son papa, le Gravity 5 pouces. Avec le temps, je verrai plus clairement les différences avec les autres racers 3P.

Le DVR ( mon second vol avec le gravity )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *