News, FR

une aile volante imprimable


Moka Frames m’a envoyé le fichier d’une protection en 3D pour le simplex, en route vers nos locaux internationaux dès que le stock le permettra. En observant les images, mon œil est attiré irrésistiblement par la photo d’une aile volante. Or, sur thingiverse, on ne trouve que des réalisations imprimables. Il n’a pas fallu longtemps à mon petit cerveau pour comprendre. Nous avons affaire à une aile volante imprimable, en neuf pièces :

la GASB One

9d2d50e81672ec6353288da01b7c4187_preview_featuredUne imprimante avec un plateau standard 20 x 20 suffit à réaliser cette aile. 256 grammes de PLA, de la colle scyano et un peu de temps, c’est tout ce qu’il faut pour décoller. Vous aurez neuf pièces à imprimer ce qui est un chiffre honorable puisqu’il permet l’emploi d’un petit plateau. Il existe différentes tailles d’imprimantes et cela peut être une limitation lorsqu’on désire réaliser de grandes pièces.

pas de fpv

C’est un peu dommage mais cette aile n’est prévue que pour le vol à vue. Il est cependant possible de la modifier ou d’installer un VTX et une caméra. La baie est assez grande pour ajouter de l’électronique. Un combo VTX / caméra est une autre solution.

8e61e42a7b5c4eddeb4f760991682873_preview_featured

Au final, l’aile pèsera 358 grammes en ordre de vol ( tout compris, lipo incluse ). Un esc 20 A, un 2204 2300 kv et une hélice 6040 par exemple fourniront en 4S une très belle poussée. Une lipo 40 C suffira largement puisqu’un seul moteur est à alimenter. Une 3S peut même suffire et procurera un vol plus souple, c’est que j’ai constaté avec la Shuriken 7.

Je ne sais pas si 358 grammes est un bon poids ou si c’est trop car je ne suis pas spécialiste des ailes. Je souhaite cependant m’intéresser à la question car FPV Passion traite de tout le FPV et du temps d’Alex, les ailes volantes étaient au cœur de l’actualité du site. N’ayant pas les compétences suffisantes, je vais collaborer avec… quelqu’un ? L’avenir nous le dira.

Qualité d’impression et lignes directrices

Afficher l'image d'origineL’imprimante est une Prusa Rework i3, la résolution est de 0.2 mm. Le taux de remplissage est de 3%. Il capturefaut orienter les lignes dans le sens de l’écoulement de l’air sans quoi vous provoquerez des perturbations. Le nez est imprimé à 0.5 mm et 5 % de taux de remplissage.

Certaines pièces semblent trop grosses pour le plateau mais si vous répondez ” oui ” au “repetier “, ça passe. Il faut bien vérifier que le découpage est fini avant d’imprimer. Si nécessaire bouger la pièce et refaites le morcelage / tranchage. Le logiciel est AutoCAD 3d.

Ça fait mec qui s’y connait quand je parle comme ça ou quoi  ? Nan mais parce que j’y connais que dalle en impression ! Il est même fort possible que j’ai dit une grosse bêtise. Ceci dit l’anglais du monsieur concepteur est spécial.

Personnellement, j’aurai poncé mais j’ai essayé de le faire sur des pièces imprimées du Moka Babyserker, un 180 hyper léger qui est mon bébé préféré du moment ( test bientôt ). Et le ponçage est peu efficace.

J’essaie de vous dégotter le meilleur de l’aéro. Alors, si vous désirez découvrir de beaux châssis ou que vous hésitez à cause du trop grand choix : lisez ceci.

Les éléments

Voici le détail :

  • les ailes

92b6a7e469ac0ef2b27e781e53e0299d_preview_featured 3b1ee4bdd6ff032c2a65c38ce733229e_preview_featured 3aefa32dd3517e701c65558f3fa7090e_preview_featured

 

  • le corps

1c032579abc7ce20070e5b5e44e15e54_preview_featured 6ceb7331f4f8b95b296d28b0fcee4b1c_preview_featured-1

  • les élevons

0fef5c85804dc220fcf60a4c7f9dffca_preview_featured 5aca255c5a22ad444bea2c616866c463_preview_featured

  • le nez

84896d32ecdddcd796c3317903384109_preview_featured6ceb7331f4f8b95b296d28b0fcee4b1c_preview_featured-1

  • la canopy

fb7605c3efbffdb3ad69333020eae6ae_preview_featuredd19f366799492a2deba80ad71619a5f8_preview_featured

La tringlerie est classique, les servos habituels suffiront. Le centre de gravité est situé à l’arrière, vers 145 mm du nez et à la jonction de la voilure ( si j’ai bien compris ). L’envergure est de 80 cm, ce qui est assez petit. La canopy est fixée par des aimants. Pour un bon vol, le concepteur précise qu’il faut placer les élevons à 3 mm au dessus du bord de fuite. Au cas où le dise des grosses bêtises, voici le teste original :

Please pay attention, in order of flight, you have to keep the exit border of the ailerons, 3 mm upper the exit border of the wings. Thats all for a good flight.

Si vous possédez une imprimante, il serait dommage de ne pas tenter cette expérience. Cela ne vous coûtera que le prix du fil, des servos et de l’électronique et du moteur. Les fichiers sont ici.

les videos de demo

 


10 comments on “une aile volante imprimable

  1. ludo

    bonjour a tous, perso je vole sur p51 mustang d’un peu plus d’1 mètre d’envergure entièrement imprimer 3d, ca vole superbement bien et c’est super résistant pour un poids hyper raisonnable

  2. Steph

    C’est intéressant mais je pense qu’avec l’impression 3D il vaut mieux en rester aux pièces de liaison, accastillage, et éventuellement coque et laisser les surfaces portante à des matériaux comme l’EPP ou autre coupé au fil chaud par exemple.

  3. Poids et solidité sont à mon avis diamétralement opposés sur ce genre de solution , mais concept original, surement beaucoup de travail à la base, est-ce une voie d’avenir, le futur nous le dira 🙂

Laisser un commentaire