News

Cloué au sol mais les yeux dans le ciel : handidrone


Certains cherchent à élever leurs esprits, d’autres cherchent à oublier leur corps. L’espace d’un instant au moins. Ceux qui me connaissent savent que le problème du handicap me concerne un peu plus que les autres, par la force des choses. Ça ne fait pas de moi une meilleure personne et n’enlève rien au mérite des bénévoles de l’Adapt : une association dont un des buts est de favoriser l’insertion professionnelle des handicapés.

he

Le vol en immersion, c’est quoi ?

m_chrys

Un drone de compétition

C’est la conjugaison des technologies comme la captation vidéo ( transmission en direct d’images vidéo ) et l’aéromodélisme. Le tout mélangé avec ces engins dont on parle tant : les drones. Tout d’abord destinés au secteur de la prise de vue, les drones ou multirotors, ont vite conquis le cœur des grands enfants.

Avec des lunettes vidéos ( plus bas à l’image ), un multirotors et une radio commande, on pilote à distance ces machines volantes qui ont récemment pris la forme de petites formules 1 du ciel. On peut aussi voler avec des avions, des ailes volantes ou contrôler des voitures. Que ce soit pour une course à ras du sol ou pour filmer ses souvenirs de vacance, le vol en immersion se démocratise à une vitesse rarement vue. C’est dire son potentiel de séduction.

téléchargement

Une machine très répandue, destinée à la prise de vue

Véritable expérience de décorporation, le FPV ( First Person View ) est en train de conquérir la planète en apportant une dimension plus réaliste qu’un jeu vidéo et en ouvrant de nouvelles perspectives industrielles, ludiques et sportives.

Une perspective

En tant que loisir aussi bien en tant que projet professionnel, le vol en immersion est un espoir pour les handicapés. Sans évoquer l’idée un peu intellectuelle de transcendance, il s’agit lorsqu’on pilote un multirotor, un avion ou une aile volante, de projeter son esprit dans les cieux et d’y évoluer en liberté. Le corps n’est plus qu’un support physique dont seules les mains nous lient encore au monde matériel.

Un métier, un loisir

Antoine d'Aéro Tek

Antoine d’Aéro Tek

Télé pilote, c’est donc un métier tout trouvé pour une personne à mobilité réduite ou qui ne peut pas utiliser tout son corps. Cela ouvre d’innombrables perspectives. L’Adapt et Airgonay se sont donc alliés pour matérialiser cette possibilité en faisant découvrir le FPV ou vol en immersion à un groupe de membres de cette association.

Cette belle initiative fait réfléchir car si vous parcourez comme moi les clubs d’aéromodélisme de France, vous avez probablement croisé des pilotes en fauteuil roulant. Trop peu nombreux, le projet d’Airgonay aidera certainement à augmenter le nombre de pratiquants via une médiatisation importante. Plusieurs sites et émissions télé couvrent cette démarche. Le magazine de la santé relaiera aussi HandidroneJivaro.org participait également à l’événement qui a beaucoup plu aux personnes présentes.

” On s’échappe de son corps. Et c’est merveillleux ! “

témoigne une participante. “ Voler a toujours été un rêve de gosse “, nous explique aussi Georges, un accueilli de l’Adapt. Thonain , Youtubeur très connu et pilote, a de son côté activement participé en installant un système FPV sur son dernier joujou radio commandé à quatre roues : le X-maxx de Traxxas ( une voiture tout terrain RC ). La journée se décomposait en deux parties :

  1. Découverte et explications sur le vol en immersion, en salle avec des modèles roulants
  2. Initiation et pratique en écolage ( double commande, comme à l’auto école ), en plein air

qcvoivo

Thibault, l’homme qui vole et qui roule

zetyj

cliquez pour découvrir un des projets

zhzJ’ai rencontré Thibault il y un an, sur un terrain Alsacien. Aux commandes de son tricoptère, il vole régulièrement et promène sa chaise roulante et sa radio commande. Ce n’est en fait pas la première fois que le monde de l’aéromodélisme et du handicap se rencontrent. Avant le vol en immersion, le modélisme attirait déjà les personnes à mobilité réduite. La FFAM, la fédération française d’aéromodélisme, a proposé plusieurs projets comme celui ci, à droite à l’image.

Thibault a une vie bien remplie, parapente, karting, ballades en forêts… Ça roule pour lui ! Son témoignage :

Le modélisme m’a toujours attiré mais faute de temps, je suis passé à côté. Pourtant, subitement ma vie a basculé, suite à un accident, je suis devenu paraplégique. Après, le choc et quelques mois de rééducation, j’ai repris ma vie, mon travail, le sport et quelques activités diverses. Toujours de façon autonome. Je regarde ce que je peux faire et non pas ce que je je peux plus faire…
En naviguant sur internet, j’ai découvert le monde des multirotors… et ce fut la révélation !
Mes premières machines, mes premiers vols me procuraient déjà beaucoup de sensations ! Revoir mes vols me rendait une certaine liberté. J’ai ensuite monté mes propres multis, et là… un bonheur de plus !
La sensation de bricoler, comme lorsque je travaillais, est venue compléter le plaisir déjà procuré lors des vols.
Quand j’ai franchi le pas des vols en immersion, enfin la roue, ce fut une étape.
Voler comme si on étais assis dans le drone… C’était une nouvelle vision pour moi. Une liberté énorme, une évasion totale ! Une très belle aventure qui me sort de mon quotidien, me libère de mon corps à moitié foutu. Et m’assure de belles rencontres. Entre passionnés et néophytes, c’est toujours des moments d’échanges et de rigolades !

Souvent, je prends ma voiture, mon matos, je vais au boulot, et libre à moi de m’évader lunettes sur le nez ,à tout moment!

J’ai découvert d’autres disciplines qui me vident la tête… j’ai volé en parapente ( vol autonome ! ). Le monde des multirotors et le vols en immersion sont des loisirs accessibles à tous, handicapés ou valides.

Comme le dit si bien Fredo, je vole et je roule !… Ça me définit bien.

Je ne saurais qu’encourager et  soutenir cette action menée par handidrones! Bravo! Faites découvrir cette passion! Et procurez du plaisir aux gens en situation de handicap !

Ça me change beaucoup les idées et même si les terrains de vols accessibles aux fauteuils roulant ne sont pas monnaies courantes, on trouve toujours un petit coin pour s’envoler vers le “paradis !

Le geste d’Airgonay

Airgonay, c’est un peu avec eux que tout à commencé. C’est une association de passionnés Une de leur vidéos a tout simplement fait le tour du monde. Avec ses airs de Star Wars, elle a donné envie à toute la planète de pratiquer le FPV Racing, une des déclinaisons du vol en immersion.  Ce 28 Mai dernier, ils se sont joints à l’Adapt et aux blaireaux air modeles pour faire découvrir notre discipline aux personnes à mobilité réduite. Marc alias le Baron rouge, Beweb, Thonain, JP et Antoine et les autres ont une fois encore donné de leur temps pour répandre leur passion.

Grâce à l’écolage, il est facile de laisser piloter un débutant tout en gardant le contrôle de la machine si nécessaire. C’est ainsi qu’on initie les futurs pratiquants ou qu’on leur apprend les bases du pilotage.

Beweb veille au grain

Beweb veille au grain, via ses lunettes vidéo

Le résultat

Voici deux vidéos. La première est celle d’un des participant à cette journée et la seconde est celle de Diabolox, un pilote expérimenté qui découvre les paysages à sa façon : en immersion !

Vous verrez le projet Handidrone sur le Magazine de la santé, à 13 H 40 du lundi au vendredi sur France 5. Ainsi que sur la chaîne YouTube de Thonain. Je vous invite à partager cet article pour la bonne cause, celle en faveur de l’insertion des personnes en situation de handicap. Et celle du FPV !

Le vol d’un participant :

Diabolox en liberté qui découvre le vallon Pont d’arc :

Voler responsable

Le vol en immersion est une discipline encadrée légalement. La DGAC, l’autorité compétente, régule l’espace aérien et les activités professionnelles et de loisir impliquant des multirotors. Il n’est pas question de voler en ville, autour des aéroports ou au dessus des foules. Si vous désirez vous initier à la pratique du vol en immersion, voici un aperçu des règles de base. Une course aura lieu à paris prochainement sur les Champs Elysées. Vous y croiserez l’équipe de FPV Passion ! Passez nous voir !

etyk

Vote final

Note finale 0

6 comments on “Cloué au sol mais les yeux dans le ciel : handidrone

  1. Pingback: FeelObject Marie le nylon et le kevlar - FPV PASSION

  2. Pingback: Cinq doigt pour deux sticks : Le pilote à une main - FPV PASSION

  3. Handi casse couille.

    Pouvez-vous me dire ce qu’il y a de différent avec du drone normal? (Rien du tout) alors pourquoi l’appeler handi drone? J’en fais de la même manière que mes potes valides, je suis en chaise et j’étais bien content d’avoir un loisir qui ne me différenciait pas des autres, où aucunes modifications n’est faites pour me permettre de voler, je prend ma radio-commande et dirige le drone comme tous les autres pilotes. c’est n’importe quoi cette appellation ridicule qui stéréotype tous niveaux de handicap confondu alors que les capacités de chaque personne handicapé sont trop différentes que pour lui suggérer de faire “handi quoique ce soit”.

    • personne n a dit que c ‘etait special handicapé, et je ne t entends pas parlér de la partie insertion professionnelle ni de la partie decouverte du fpv par toutes les tranches de la population. Tu ne peux pas reprocher aux handicapés de vouloir faire comme toi ! Ceci dit, je comprends tres bien ton ressenti. Tu veux pas qu on te differencie des autres surtout qd tu fais quelque chose qui ne justifie pas de differenciation . J ai une mauvaise nouvelle, et je sais de quoi je parle, tu sera tjrs differencié. Sauf derriere tes lunettes et encore… Si t es ds la région parisienne, fais moi signe, on ira voler

Laisser un commentaire