découverte, FR

maîtriser son multimètre : les basiques indispensables


Si vous ne possédez pas de multimètre, vous courez des risques messieurs ! C’est absolument indispensable pour des raisons essentielles :

  • mesurer et vérifier la tension en sortie de BEC 
  • chasser le court circuit
  • vérifier les signaux sans avoir à brancher la lipo

Encore faut-il avoir un multimètre capable de vous dire qu’il y a effectivement un court circuit. Et pour cela un multimètre de supermarché ne suffit pas. Maxime possède les compétences nécessaires pour maîtriser un multimètre et il vous a gentiment préparé ce mini tuto, j’y ai ajouté des petites choses indiquées par le sigle ndlr, note de la rédaction. Mais commençons par le commencement : l’achat. 

Faire le bon choix

Le multimètre est un outil indispensable pour quiconque veut se lancer dans des petits montages électroniques ou électriques, il est donc totalement impensable de ne pas en avoir un sous la main quand on monte un drone !

Il ne faut surtout pas négliger cet achat ! Cet outil sera le garant de l’absence des petites fumées de désespoir au branchement de la première lipo ! Exit donc les engins achetés dans le rayon bazar des grandes surfaces.

Résultat de recherche d'images pour "multimetre"

grand écran

Globalement, les données mesurées sur un drone entreront toujours dans les capacités de mesure d’un multimètre entrée de gamme.

Il y a selon moi deux points essentiels pour choisir un multimètre :

  • Un grand écran : Les mesures sont parfois « acrobatiques » et le contact est instable, une taille d’écran généreuse facilitera la lecture.
  • Une fonction testeur de continuité : souvent oubliée sur les modèles premiers prix, elle est pourtant totalement indispensable. Un testeur de continuité sert à vérifier le passage d’un courant ou la validité d’un signal ( plus d’infos ici ). Lisez bien l’explication plus bas ! 

Sans aucun favoritisme ou incitation à l’achat mais juste pour illustrer, ce genre de modèle Voltcarft VC175 offre un bon confort d’utilisation. ( ndlr Il coûte dans les 30 Euros, c’est cher mais le principal est de trouver un multimètre qui possède la fonction testeur de continuité, peu importe le prix ). 

Une fois votre achat effectué, il faut apprendre à vous servir des opérations les plus utiles lors du montage d’un multirotor : 

  1. la mesure des tensions
  2. le passage des signaux
  3. la detection des court circuits

Les méthodes de base

Les indispensables à savoir effectuer quand on monte un drone :

  • Si vous utilisez un PBD séparée pensez toujours à mesurer la tension de sortie des Bec qui alimenteront vos composants. Une sortie 12V instable ou pire une sortie 5V qui donne du 12V et c’est le drame…

  • Vous avez fini votre montage vous allez brancher la lipo … STOP ! prenez 5 minutes vérifiez que les branchements sont corrects et ensuite sortez votre multimètre basculez-le en testeur de continuité ( symbole ))) ) et vérifiez les points suivants après avoir lu cette 

explication : les bons et les mauvais bips

symbole )))

Tout d’abord, le testeur de continuité s’utilise SANS LA LIPO. Ensuite, il faut distinguer les bons bips des mauvais bips. Si vous testez unfusible comme dans la vidéo plus bas et que le testeur de continuité bippe, cela signifie que le fusible est bon. Si ça ne sonne pas, il est mort car le courant ne passe plus : le son indique donc que le fusible est valable. 

Mais si vous testez le + et le d’une XT60 et et que ça bipe, cela indique une continuité du courant là où il ne doit PAS y en avoir : c’est un court circuit. Pas bon ! 

  1. Entre plus et moins sur la prise XT60 : si ça bipe, c’est un court-circuit franc sur la batterie ne branchez pas et cherchez le !
  2. Entre le moins et chaque fils « signal » ( ESC, sortie vidéo de la camera, etc…) : si ça bipe,  l’esc ne recevra pas de signal, la camera ne donnera aucune vidéo ( zéro volt donc pas de signal ).
  3. Entre le plus et chaque fils « signal » ( ESC, sortie vidéo de la camera, etc …) : si ça bipe, vous risquez de cramer un composant qui n’est pas prévu pour recevoir une tension sur sa sortie. ( il y une connexion quelque part entre le fil signal et le plus de la batterie ( via un pont accidentel ). Ne pas brancher la lipo
  4. Entre le départ et l’arrivée de chaque fils « signal » : si ça ne bippe PAS, c’est que la liaison entre les deux éléments n’est pas correcte et donc cela ne fonctionnera pas ( pas de continuité ). 
  5. Entre deux soudures très proches : si vous avez un doute sur une de vos soudures. Il ne faut PAS que ça bipe. 

N’hésitez pas, un coup de testeur ! C’est d’autant plus vrai avec les FC qui sont de plus en plus petites et des pads de soudure qui frôlent la microscopie. Pour résumer, un bon multimètre même à 30 €, vous rendra bien des services et pourra vous éviter le pire. Ce serait dommage de s’en passer ! 

On remercie Maxime ! 

regardez bien cette vidéo ( surtout le début et la fin, n’oubliez pas le milieu )


3 comments on “maîtriser son multimètre : les basiques indispensables

  1. D’accord avec LALOKE “BEEP” ne suffit pas. “BEEP” c’est rapidement , pour voir si un fil est branché, si un contact existe, pour repérer des fils dans une nappe de câbles, pour vérifier un interrupteur ou un relais etc… tout contact simple qu’il soit là ou non 🙂
    Sinon c’est l’ohmmètre qui sera à privilégier et la mesure de résistance : = > moins d’un Ohm si contact, plusieurs dizaine de kilo_Ohms si pas de contact ou isolation 🙂
    J’aime bien aussi la fonction “DIODE” ou test de semi-conducteur qui permettra aussi de détecter un composant HS sur vos cartes (Oui c’est un peu pour les pros). La fonction “DIODE” limite la tension appliquée et permet de protéger les composants sensibles dans la recherche de panne. Une méthode que je recommande (dans la recherche de panne) comparer une carte bonne à une carte soupçonnée mauvaise. Si les résultats d’une mesure sont identiques sur les deux cartes => pas de problèmes, si les mesures diffèrent le(s) composant(s) peut être HS.
    Il existe aussi la fonction “CONDENSATEUR” qui peut servir surtout à mesurer sur l’entrée des alimentations si les composants en place sont encore performants etc …

    Méfiez vous ! : un multimètre n’est jamais précis sur le dernier chiffre à droite de la mesure qu’il indique, faudra donc choisir le bon calibre pour toujours lire une valeur au mieux de l’échelle de mesure (ex 1V au maximum sur le calibre 10V / 25V au mieux sur le calibre 100V etc …)

    Attention, dans la plupart des cas débranchez vos lipos (sauf pour mesurer un BEC) et méfiez vous avec les pointes de touches des multimètres, si vous dérapez lors de la mesure c’est un cas sur deux la cata… 🙂 🙂 Bonnes mesures 🙂 🙂

  2. LaLoke

    Pas besoin d’un multimètre à 30€ et d’avoir un détecteur de continuité. Les 2 fonctions utile sont le voltmètre et l’ohmettre. Pour mesuré une continuité il faut moins de 10ohms et un isolement varie en fonction de l’élément au bout. En tout cas il faut être au dessus du kiloohms. Je n’aime pas le testeur de continuité qui peut donné l’impression que l’isolement est correct alors qu’en fait les valeur sont limite. C’est du vécu.

Laisser un commentaire